Loisirs et culture

Lus, approuvés et partagés

En ces temps de confinement si particuliers pour les parents et les enfants, et vu la situation du monde éditorial, nous avons eu l’idée de demander à quelques auteur·e·s et illustrateurs-illustratrices belges leur coup de cœur : un livre jeunesse, belge ou non, récent ou non, en lien avec la pandémie ou non…

Le coup de heart de Marine Schneider

« C’est l’histoire d’un loup qui avale une souris, ‘vite fait’. Jusque-là, rien de plus banal. La souris, une fois dans le ventre de la bête, découvre qu’un canard y a élu domicile. Les deux avalés deviennent rapidement amis et organisent une grande fête. D’ailleurs, c’est incroyable ce que l’on peut trouver dans le ventre d’un loup : casseroles, verres à vin, pain frais, confiture… De quoi faire un véritable festin. Le canard et la souris s’amusent tellement que cela en donne mal au ventre à la bête. Jusqu’où nos deux colocataires iront-ils pour rester pour toujours dans leur nouvelle maison douillette ? Le loup, le canard et la souris est une histoire d’amitié en temps de crise, et de confinement paisible à l’intérieur d’un loup, racontée avec tellement d’humour que cet album ravira les enfants… et leurs parents. Mac Barnett et Jon Klassen nous offrent ici une pépite d’album, plein d’humour et de douceur, exactement ce qu’il nous faut actuellement ! »

Marine Schneider. Dernier livre publié : Grand ours, Petit ours (Cambourakis).

Le loup, le canard et la souris, de Mac Barnett et Jon Klassen, traduit de l’anglais (États-Unis), publié en français chez Pastel (L’École des loisirs).

Le coup de heart de  Thomas Lavachery

« François, l’auteur de La douane volante, est un ami. Je sais qu’il a écrit son roman sans faire de plan, en avançant ‘à la lampe de poche. Imaginez donc : il ignorait ce qu’il raconterait à la page d’après, au chapitre suivant ! À l’arrivée, La douane volante est un texte d’une grande maîtrise. Nous sommes transportés dans un XVIIe siècle imaginaire, ensorcelant. Des scènes et des décors à frémir, une écriture ciselée et très sensuelle. On y entre physiquement, dans ce livre, et le plaisir de lecture m’a rappelé des bonheurs anciens – la découverte de L’île au trésor et de Moonfleet. Je me suis dit, jaloux : ‘J’aurais voulu l’écrire, celui-là !’. Quant à l’histoire… je préfère me taire et vous titiller l’imagination avec ces titres de chapitres : Les jardins de fer, Le château des poux, La mer des Krakens… »

Thomas Lavachery. Dernier roman publié : Le voyage de Fulmir (L'école des loisirs).

La douane volante, de François Place (Gallimard Jeunesse).

Le coup de heart de  Maud Roegiers

« J’ai décidé de vous parler de mon livre re coup de cœur et de celui de ma fille chez mon éditeur, Alice. Il ne s’agit pas d’un livre ‘spécial confinement’, mais peu importe puisque les enfants ont du temps pour lire et que ce serait dommage qu’ils n’en profitent pas… J’ai choisi de vous parler de La petite boutique des objets perdus, d’Agnès de Lestrade et Sébastien Chebret. ‘J’ai perdu mon chemin, dit Christophe. Vous ne l’auriez pas vu ?’. Le texte d’Agnès est beau, doux, rempli de métaphores et de vérités qui vous ‘donnent les poils’. Je suis particulièrement émue par les livres qui font surgir des émotions comme celui-ci. Les images graphiques et simples nous guident en toute simplicité dans l’histoire de Mara qui, malgré sa grande générosité, se sent bien seule. La fin est heureuse, évidemment, et nous donne les larmes aux yeux. Elyne, 9 ans, adore La louve, de Clémentine Beauvais et Antoine Déprez. Ce qu’elle adore, c’est la complicité entre l’animal et l’enfant, ainsi que le coté aventurière et sauvage de la petite fille. Je crois que finalement, elle s’y identifie bien. »

Maud Roegiers. Dernier livre publié : Le sais-tu ? Que tu ne dois pas tout savoir, écrit par Mylen Vigneault, titre qui a reçu un vif succès et part pour sa 4e impression (Alice éditions).

La petite boutique des objets perdus, d’Agnès de Lestrade et Sébastien Chebret(Alice éditions).

Le coup de heart de  aNNe herbauts

« Pas facile de faire un choix entre plusieurs ouvrages. Il y a Voyage d’hiver d’Anne Brouillard chez Esperluete, Cap de Loren Capelli aux éditions Longues et Courtes, Ursin et Ursulin, de Zbyněk Černík et Alžbeta Skálová aux éditions MeMo, Moi, canard de Ramona Badescu et Fanny Dreyer chez Cambourakis, tant d’autres anciens ou récents... La littérature jeunesse est un régal ! Mais j’ai fini par opter pour Les boîtes de peinture, de Marcel Aymé, illustré par May Angeli. Ah, Delphine et Marinette ! Leurs deux prénoms sonnent avec un parfum de belles histoires point trop courtes que l’on m’a lues dans mon enfance. Des histoires où les animaux parlent, l’âne lit, le canard possède la sagesse. Comme j’ai été étonnée, en retrouvant cet auteur, de la verve, de la fraîcheur, de l’imaginaire, de l’inventivité et de la richesse de la langue des Contes du Chat Perché ! Un plaisir à lire à voix haute, à partager. Quelle modernité ! Un régal. J’aime l’écriture de Marcel Aymé. Et les illustrations de May Angeli sont un plaisir. Des éléphants de plaisir ! »

aNNe herbauts. Dernier livre publié : Pendant ce temps, écrit spécialement en cette période de confinement et téléchargeable gratuitement sur le site de l’École des loisirs.

Les boîtes de peinture, de Marcel Aymé et May Angeli (Éditions des éléphants).

Le coup de heart de  Philippe de Kemmeter

« C’est l’histoire d’un petit bateau de papier qui veut voir l’océan. Durant son périple, il va faire de nombreuses rencontres étonnantes, depuis la mare où il est posé jusqu’à la haute mer. Il s'agit en quelque sorte d’un voyage initiatique à la découverte des autres et de soi-même, une belle histoire mise en image par le talent de Victoria Semykina, illustratrice russe, qui dessine les bateaux comme personne. Les illustrations ont une petite touche vintage et sont le résultat d’un mélange de techniques traditionnelles comme l’aquarelle et de techniques numériques. Autant la forme que le fond m’ont séduit. Et cela devrait plaire aux enfants et aux parents qui rêvent de voyage et de mer en ces temps de confinement. »

Philippe de Kemmeter. Dernier livre publié : Bradi et Thomas, texte de Charlotte Bellière (Alice Jeunesse).

Petit bateau de papier, de Marina Aromshtam et Victoria Semykina (Little Urban, 2018).

Le coup de heart de  Marie Colot

« Les Démons caca est un livre d’une illustratrice belge, auteure également du texte, publié dans une maison d’édition belge et imprimé en Belgique – et on sait aujourd’hui plus qu’hier à quel point il est important de soutenir nos artistes et les plus petites maisons, audacieuses et exigeantes ! Un album réalisé au monotype, en noir et blanc, qui parle aux enfants, aux ados et aux adultes puisque nous avons tous notre ‘démon caca’, cette part d’obscurité qui nous rend pessimistes et complique notre rapport aux autres. Dans cette galerie de visages accompagnés de leurs démons, on découvre au fil des pages que ces monstres deviennent parfois inoffensifs si on tente de les apprivoiser.
C’est un livre que j’aime tout particulièrement tant il parle avec sensibilité et expressivité de notre intériorité et des pensées négatives qui peuvent nous envahir à tout âge. »

Marie Colot. Dernier livre publié : Mamie, ça suffit ! (À pas de loups).

Les Démons caca, de Fabienne Loodts (Esperluète).

Le coup de heart de  Jean-Luc Englebert

« Un classique. L’épave du Zéphyr, relu des dizaines de fois. Un livre parfait pour qui veut s’évader. L’histoire d’un garçon fou de navigation à voile. Il veut être le meilleur. Au point de prendre le risque de partir en mer malgré une tempête. Cette tempête fait chavirer son voilier et il se réveille le lendemain matin sur une plage inconnue. Et ce qu’il voit l’impressionne : les voiliers dans ce pays inconnu ne voguent pas sur la mer, mais volent dans le ciel. Le garçon aimerait aussi apprendre à voler en bateau. Il est alors recueilli par un marin du village qui accepte de lui apprendre. Mais, là encore, il prendra trop de risques.

Ce livre est magnifique par ses illustrations aux couleurs douces, inspirées sans doute par les tableaux du peintre Edward Hopper. Magnifique aussi par son récit d’évasion. »

Jean-Luc Englebert : derniers livres publiés : L’été de l’indien (Pastel/L’École des loisirs) et L’anorak rouge : la fête de l’école (Gallimard Giboulée).

L’épave du Zéphyr, de Chris Van Allsburg (L’École des loisirs).

Le coup de heart de  Gaya Wisniewski

« La famille Petitplats a bercé toute mon enfance. Et je le lis toujours avec plaisir à mes garçons. Il y a d’abord les illustrations aquarelles qui ont un charme fou, très anglaises. J'adore les expressions des personnages, et tous ces petits détails ici et là. Et puis l’histoire, simple, mais réconfortante. Une maman serveuse dans un restaurant, mais tellement maladroite. J'aime cette idée que chacun dans la famille va l'aider pour qu'elle puisse continuer à faire ce qu'elle aime. Cette maladresse fait partie d'elle. Un défaut qui deviendra quelque chose de précieux.
‘Maintenant que se passerait-il si je n'étais plus maladroite ?’
Un livre que j'ouvre et découvre toujours comme si c'était la première fois. Plus qu'un coup de cœur... Un livre dont je ne me lasserai jamais... »

Gaya Wisniewski, derniers livres publiés : auteure et illustratrice de Chnourka, (MeMo) et illustratrice de Akita et les grizzlys, texte de Caroline Solé (L’école des loisirs). En 2019, elle a reçu le prix de la première œuvre de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour Mon bison (MeMo), ainsi que le prix Libbylit 2018.

La famille Petitplats, de Janet et Allan Ahlberg (folio benjamin).


Michel Torrekens

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies