Santé et bien-être

Si tu finis toute ton assiette, tu auras un dessert !

Une cuiller pour papa, une cuiller pour maman, une autre pour le chat et une encore pour éviter de jeter la fin du plat, une dernière parce qu’il faut des forces pour grandir, et puis aussi parce qu’il y a des enfants qui meurent de faim tous les jours et qui n’ont pas la chance d’avoir une belle assiette devant eux… Il existe mille « bonnes » raisons de demander à un enfant de terminer son assiette. Mais est-ce vraiment nécessaire de pousser nos petits à tout manger ?

Romina, maman d’un garçon de 7 ans et d’une fille de 5 ans
« Chez nous, on ne supporte pas les restes, alors on encourage les enfants - et le papa - à bien manger. Et si tous les plats sont vides, on peut prendre un dessert. »

Aurore, maman de deux demoiselles
« Mes filles ont droit à un dessert uniquement si elles ont fini leur assiette, ce qui me semble logique car, dans le cas contraire, je suppose qu’elles n’ont plus faim. »

Liliane, maman de Martin, 5 ans et de Zoé, 2 ans
« Bien sûr, je préfère que mes enfants finissent leur assiette. Mais si ce n’est pas le cas, ce sont les poules qui se régalent ! »

Devoir finir son assiette semble une pratique courante chez certains, mais d’autres parents y accordent beaucoup moins d’importance.

Joseph
« Moi, je ne force jamais un enfant qui n’a plus faim. Mais s’il ne mange plus, il doit rester poliment à table en attendant que les parents aient terminé de manger. Il ne peut quitter la table qu’avec notre autorisation. »

Jacqueline, une maman psychologue
« Je ne récompense jamais mes enfants quand ils terminent leur assiette. J'essaye de ne pas lier la prise des repas avec une récompense ou sanction. À plus ou moins long terme, on risque de créer des troubles alimentaires. Pour moi, la vie ne se monnaie pas. Avoir l'estime de l'autre, de la gentillesse en retour, de la satisfaction et la fierté de ses parents, c'est déjà un renforcement positif. »

Aboude Adhami : « Un dessert ? Un encouragement occasionnel ! »

« Instaurer une récompense pour l’enfant qui mange toute son assiette, ce n’est certainement pas un bon système alimentaire. Mais est-ce qu’on peut condamner cela ? Non, parce que dans certaines situations, ça peut être une bonne idée pour réconcilier l’enfant avec la nourriture. Par exemple, lorsqu’un enfant a eu un épisode difficile avec les dents ou qu’il a eu du muguet à l’intérieur de la bouche (ce qui fait très mal)… Si, même guéri, il panique encore à l’idée de manger, ses parents, inquiets, peuvent le motiver avec un dessert. Ça n’a rien à voir avec un système installé où les parents disent : ‘Finis ton assiette’, tout en rajoutant de plus en plus de nourriture dedans.
Mais de temps en temps encourager par un dessert, pourquoi pas ? »

Bernard Filleul : « Finir son assiette, une question culturelle »

« Dans certains pays, quand on termine son assiette, c’est presqu’une insulte. Ça veut dire que la maîtresse de maison n’a pas fait assez à manger. Les normes culturelles sont différentes. Mais je pense qu’on doit apprendre à l’enfant que terminer son assiette fait sens. Par contre, si j’ai trop rempli cette même assiette et que je l’oblige à la terminer, je le mets dans un état d’impuissance.
Et puis en promettant un dessert, que valorise-t-on ? Le fait que l’enfant ait terminé son assiette ou qu’il ait réussi à utiliser sa fourchette correctement ? Il y a différentes étapes. Faut-il donner un dessert uniquement quand l’enfant a fini son assiette ? Moi, je préfère dire : ‘Si tu as bien mangé, tu auras un dessert’. Et ça, c’est très différent. »



C. V. N. et E. W.

AUTANT SAVOIR

Attention au surpoids !

Un enfant est très vite capable de réguler la quantité d’énergie - et donc d’aliments - dont il a besoin. Si pas à chaque repas, au moins sur une période de 24h. Lui imposer de vider son assiette peut casser ce système d’autorégulation et le condamner au surpoids.

LE POINT DE VUE DU LIGUEUR

Un enfant qui a bon appétit, ça fait toujours plaisir, surtout au cuistot. Mais manger doit rester agréable pour l’enfant aussi et ne pas devenir une contrainte. Au Ligueur, on est plutôt d’avis de ne jamais obliger un enfant à finir une assiette qu’il n’a pas rempli lui-même. C’est une question de bon sens. Concocter des petits plats pour ses enfants, c’est une manière de les chérir et de se sentir aussi « bon parent ». Mais, méfions-nous : la nourriture nécessaire pour grandir ne peut se transformer en nourriture porteuse de tous nos espoirs. Oui, votre petit vous aime toujours même s’il ne termine pas son assiette !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies