Vie de parent

École et gratuité : la colère numérique de la Ligue des familles

C’est un communiqué commun qui sent le mécontentement, l’énervement, l’incompréhension. Co-signé par la Ligue des familles et le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, il s’insurge contre le vote d’un décret qui doit intervenir, ce mercredi, au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le texte du décret évoque l’équipement informatique des élèves tout en faisant peser l’essentiel de la charge financière sur les parents. « Un recul inacceptable », dénoncent les deux associations.

École et gratuité : la colère numérique de la Ligue des familles

Le décret pointé du doigt ne fait, en réalité, que renforcer une direction prise l’an dernier. En décembre 2020, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait déjà voté une modification du décret gratuité. Objet de cette modification ? L’achat ou la location d’ordinateur ou de tablette. Désormais, si les écoles demandent aux parents que leurs enfants soient équipés numériquement, ce sont eux qui doivent ouvrir grand leur portefeuille. Bien sûr, l’école ne peut pas « exiger » de tels achats, mais on voit mal comment les parents pourraient éviter de répondre à une simple « demande ». Comment justifier le fait que son enfant ne soit pas égal par rapport aux autres en matière d’équipements présentés comme « souhaités » ?

+ à lire aussi : Plein pot vers l’école numérique ? Pas si vite !

La pression sur les parents est double. Morale et financière. « Que se passe-t-il pour les élèves non équipés ou mal équipés, et qui n’ont donc pas ou peu accès au numérique ? Pas d’ordinateur, pas de cours ?, martèlent les deux associations. Le renforcement du décrochage scolaire laissant des jeunes sur le bord du chemin et donc de l’intensification d’un enseignement à deux vitesses est réel. Ceci sans parler des autres surcoûts liés à l’usage d’un ordinateur pour l’école : une connexion internet, une imprimante, les cartouches d’encre, du papier… »

On notera qu’au-delà de pérenniser une option prise l’année dernière, le décret qui sera soumis au vote ce mercredi en augmente le champ d’application. Alors que celui-ci ne concernait jusqu’ici que les élèves à partir de la 3e secondaire pour l’année scolaire 2021-2022, il touchera aussi les élèves de 1re et 2e secondaires dès la rentrée 2022

Appel à la cohérence

Pour la Ligue des familles et le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, il s’agit de prendre la défense des familles précarisées. Selon les deux signataires du communiqué, ce décret va obliger des parents à sortir plusieurs centaines d’euros de leur poche, même quand ils sont dans le besoin. Bien sûr, il y a une intervention des pouvoirs publics, mais elle sera de 75 €, alors qu’un ordinateur coûte beaucoup plus. Bien sûr, il existe un fonds de solidarité, mais il ne pourra toucher que 5% maximum de la population d’une école, même défavorisée. Tout cela n’est pas suffisant pour les deux organisations qui dénoncent donc une contradiction flagrante avec les promesses de réduire les coûts scolaires pour les parents.

Dans la conclusion de leur communiqué, Ligue des familles et Réseaux wallon de lutte contre la pauvreté demandent tout bonnement aux parlementaires de la FWB de ne pas voter ces mesures pour rester « cohérent·e·s » et, dans la foulée, de continuer à travailler à la diminution des coûts scolaires.

T. D.

Sur le même sujet

Le numérique à l’école : oui, mais pas n’importe comment !

Après des mois d’enseignement à distance, bien souvent numérique, pour les élèves à partir de la 3e secondaire, la Ligue des familles vous a demandé votre avis sur cette période et sur les leçons à en tirer pour l’avenir. Vous êtes plus de 1 500 à nous avoir répondu ! Voici ce qui est ressorti de cette enquête.