Tribu curieuse : les bons plans du Ligueur

 

Flandre Balade

Le Ligueur en balade : le Zwin en hiver

Le Ligueur en balade : le Zwin en hiver

Toute l’année

De prime abord, l’idée peut paraître saugrenue : se balader au Zwin alors que les cigognes ont déserté la Belgique pour cause de froidure. Et pourtant, découvrir hivernalement cette extraordinaire zone naturelle qui jouxte les Pays-Bas ne manque pas d’intérêt. Tout d’abord, pour les agoraphobes, c’est l’occasion de découvrir les sentiers et les balades sur le site, avec le sentiment de participer à une expérience familiale nature plus personnelle. On croise peu de monde au fil des circuits balisés dont les itinéraires sont bien dessinés sur les cartes données à l’entrée. On vous conseille d’ailleurs de mettre celles-ci dans les mains de vos enfants, ils y trouveront matière à développer leur sens de l’observation et de l’orientation.
Un des avantages du Zwin en hiver, c’est de profiter des cabanes d’observation de façon un peu plus sereine (malgré les restrictions du nombre de personnes mises en place pour cause de covid). Bien sûr, les espèces à observer sont moins nombreuses, mais lorsque les oiseaux apparaissent, on a tout le loisir de les voir picorer et s’ébrouer. Sans compter que, de temps en temps, un écureuil vient s’inviter au festin de graines destinées aux volatiles.
Cette saison plus calme offre aussi la possibilité d’avoir plus facilement accès aux bornes et animations interactives du site qui se trouve dans les bâtiments d’accueil et au centre d’observation. 
Pour profiter pleinement de l’endroit, des balades familiales sont proposées durant les vacances de Noël. La visite est adaptée aux plus jeunes et ajoute une dimension ludique. Cette balade baptisée « de A à Zwin » est accessible à 10h30 du lundi au jeudi inclus. Le prix est de 6 € pour les enfants et de 13 ou 15 € pour les adultes en fonction des modalités d’achat du ticket sur place ou en ligne (sur zwin.be).
Enfin pour terminer, ajoutons que des oiseaux, il y en a tout le temps au Zwin. Notamment des espèces qui viennent du Grand Nord estimant que nos contrées réservent finalement un climat plus clément. C’est le choix de migration posé, chaque année, par des centaines d’oies, canards et autres petits échassiers.