Loisirs et culture

3-12 ans : littérature jeunesse, tout un poème

« La poésie, c’est votre attention qui se libère, se repose. On en a besoin dans ce chaos et ce bavardage », a confié récemment la grande poétesse et peintre Etel Adnan, peu avant sa mort. Elle s’adressait à des adultes, mais ses mots concernent tout autant les enfants. La poésie peut stimuler leur imagination et leur plaisir des mots.

Dans un livre d’entretiens avec Laure Adler, La beauté de la lumière (Seuil), Etel Adnan, artiste née à Beyrouth d’un père syrien et d’une mère grecque, disait : « La poésie m’a toujours aidée à mettre de l’ordre, à me débarrasser des choses non essentielles pour faire de l’espace dans ma tête, pour qu’une image prenne sa place ».
En ces temps perturbés de crise sanitaire, de guerre en Europe, de crise climatique, n’est-ce pas ce que l’on souhaiterait offrir à nos enfants : faire de l’espace dans leur tête ? La littérature jeunesse l’a bien compris et des maisons d’édition s’attachent à créer des livres qui combinent magie des mots et des images. La Belgique peut d’ailleurs se prévaloir d’une belle tradition en la matière.
Les enfants devenus grands-parents aujourd’hui se souviennent pour certains des vers de Maurice Carême le Belge ou de Jacques Prévert le Français, qu’ils apprenaient bien souvent par cœur pour les réciter en classe. L’exercice, qui en a peut-être effrayé certains, développait néanmoins la mémoire, avait le mérite de faire découvrir toute la musicalité de la langue ainsi utilisée et ouvrait les yeux sur d’autres perceptions du monde.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies