Loisirs et culture

Grands formats, mais pas formatés

La richesse du livre jeunesse se manifeste aussi à travers la diversité des tailles qui en font des objets particuliers. Ainsi les albums grands formats offrent un rapport physique à la lecture tout particulier. Comme une immersion picturale. En voici trois qui dépassent allègrement le format du Ligueur que vous tenez en mains !

► La danse de l’oiseau

En 1989, au Matavaa, festival des îles Marquises, Ro’o Kimitete exécute pour la première fois la danse de l’oiseau en public avec sa fille Aumiti. Cet événement sert d’inspiration au récit de Céline Ripoll, conteuse amoureuse de la culture du monde pacifique, de Tahiti à l’île de Pâques. Elle met en scène Hi’i Moana et Tahiatemata, sortes de Roméo et Juliette d’Océanie, liés par un amour absolu ainsi qu’un secret lourd de conséquences.
Reprenant la légende emblématique du haka marquisien, elle inscrit son histoire dans un mythe des origines, mais aussi des guerres dont les hommes semblent difficilement se passer. La puissance de la vie et l’inéluctabilité de la mort sont ici racontées aux enfants tout en magnifiant la beauté et les forces de la nature. Sans oublier l’amour, celui entre un homme et une femme, celui d’une mère pour son enfant, celui entre une sœur et un frère. On y apprend également que la vérité se niche parfois du côté de l’invisible et du silence.
Ce bel album ouvre la porte vers une autre culture. Il bousculera peut-être les références culturelles de vos enfants, puisqu’ils découvriront la langue locale et apprendront ce que sont le pandamus, le hinako, le tapa blanc et surtout le hakamanu. Inutile de préciser que le grand format amplifie des illustrations chatoyantes de couleurs et débordantes de plantes que n’aurait pas reniées Le Douanier Rousseau. Du grand art, dans les deux sens du terme.
La danse de l’oiseau, de Céline Ripoll et Orane Sigal (La Martinière jeunesse). Dès 6 ans.

► Les plus grands fleuves du monde

Rue du monde nous offre un tour du monde des fleuves, dix-huit pour être précis, parmi les plus longs, les plus prestigieux et les plus mystérieux. Quasi des mythes. Le Danube qui traverse dix pays, l’Amazone et le Nil qui se disputent le record de la longueur, le Gange fleuve sacré, le Congo que les Belges pourront mieux connaître et qui traverse deux fois l’équateur, le Paraná, le Murray, la Léna, etc. Le tout sur les cinq continents. Des centaines d’infos sur la faune et la flore, la géographie et l’histoire, la culture et l’économie retiendront l’attention des petit·e·s et… grand·e·s curieux et curieuses. Un magnifique atlas documentaire aux illustrations vintage dont chaque carte mérite une lecture à elle seule.
Les plus grands fleuves du monde, de Volker Mehnert et Martin Haake (Rue du monde). À partir de 9 ans.

► Petit nuage

Réédition par les éditions Mijade d’un classique publié en 1996, ce livre se fonde sur un principe simplissime : l’observation des nuages et leurs constantes métamorphoses. Celles de Petit nuage, tantôt mouton, tantôt arbre, tantôt clown. Les découpages et collages de gouaches et lavis, essentiellement bleus et blancs bien sûr, s’étalent sur de grandes pages. Petit nuage qui s’est échappé du troupeau de ses congénères plus massifs rejoindra finalement leur troupe et se transformera… en pluie. Une trame simple et poétique, qui met l’imagination au pouvoir et invite à en faire autant avec vos bambins en pointant le bout du nez vers le ciel. Une manière aussi de rendre hommage à Éric Carle (1929-2021), grand illustrateur américain du New-York Times, connu pour ses collages et décédé récemment, dont les éditions Mijade ont traduit et publié l’essentiel des œuvres en français.
Petit nuage, d’Éric Carle (Mijade). À partir de 2 ans.



Michel Torrekens

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies