Loisirs et culture

Le jeudi ? C’est jeux, dis – Museum Suspects (Blue Orange)

Le jeudi, c’est jeux, dis | Toutes les semaines, le Ligueur vous présente un nouveau jeu, testé et approuvé par les parents. Ici, vous voilà détectives, à la recherche d’un crime extrêmement grave : on vient de cambrioler le musée. Vite, à vous de jouer. Déduction et bluff au rendez-vous.

La-men-table. À l’instant même, une pièce de prestige dans ce qui ressemble à s’y méprendre à notre bon vieux Muséum des Sciences naturelles vient d’être dérobée. Une honte. Tout part à vau-l’eau, ma bonne dame. Vite, il est grand temps de mener une enquête digne de ce nom. L’objectif ? Trouver illico le, la ou les voleurs. Ils sont peut-être même encore présents sur le lieu du crime. Se dresse toute une liste de suspects. Il va falloir la jouer fine. Plus vous trouvez d’indices tout au long de la partie, plus vous marquez de points.

Tous les coups sont permis
Vous doutez. Vous avancez. Vous recommencez. Vous notez le tout sur un carnet : vos suspicions, vos déductions. Le coupable est-il une pieuvre ? Cette tortue a l’air louche, non ? En fonction de vos progrès dans l’enquête, vous ajoutez des jetons de valeurs. Ce qui va permettre à la fin de la partie de comptabiliser les scores. Le plus amusant dans tout cela, c’est qu’ils entraînent une surenchère chez les autres joueurs / joueuses. Chacun son tour, en six manches, le jeu avance. Puis, vous passez à la phase de résolution. Vous défaussez les pions. Vous découvrez de nouveaux indices. Enfin, par élimination, de nouveaux scenarii se révèlent : il ne reste qu’un joueur ? Il n’y a donc qu’un voleur / voleuse. Plusieurs personnages sont présents ? Il y a donc un voleur et des suspects. Vous l’aurez vite compris, aucune partie ne se ressemble. Et chaque joueur peut entraîner les autres vers de fausses pistes. Méfiance, déduction, habileté et bluff sont de mise.
Le tout se joue de 2 à 4 joueurs et joueuses. Il est écrit qu’une partie se joue en 20 minutes, en réalité, comptez plutôt une bonne demi-heure.
À partir de 8 ans. Est-ce que nos parents testeurs sont d’accord avec tout ceci ?

► CE QU'EN DISENT LES PARENTS
Nous l’avons fait tester à deux familles. Celle de Brigitte n’y a joué que deux fois, mais a trouvé le jeu difficile d’accès.
« J’ai deux enfants de 9 et 11 ans. On joue à d’autres choses, plus dans l’univers des Smartgames, Crazy Towers et compagnie. Moins des jeux scénarisés. Mes enfants n’ont pas trop eu la patience de bien assimiler les règles. C’est dommage, parce que je suis certaine qu’à un moment, ça devient génial. Moi, j’adore ces jeux-là, où chacun se méfie de tout. Et où tous les coups sont permis ».
Pour Seb, papa de trois enfants de 10, 13 et 16 ans, ça a fait mouche.
« C’est un peu comme si on prenait un Qui est-ce ? Et qu’on le plongeait dans un univers à la Ocean Eleven ou La Nuit au Musée. C’est très prenant. Les personnages sont hyper cool. Il faut bien une ou deux parties pour tout comprendre et jouer correctement. Oubliez la règle dans la boîte de jeu, regardez plutôt les vidéos en ligne. Celle de l’éditeur se regarde en moins de deux minutes. Mais vous devrez la regarder plusieurs fois pour tout comprendre. Une fois le tout assimilé, vous allez vraiment bien vous marrer ».
Nous espérons que tout ceci vous apportera un peu plus…d’indices.

À lire ausi

Le jeudi ? C’est jeux, dis – Ernest et Célestine (Space Cow)

Loisirs et culture

Le jeudi ? C’est jeux, dis – Ernest et Célestine (Space Cow)

Le jeudi ? C’est jeux, dis – Candy Numbers (Zébulon)

Loisirs et culture

Le jeudi ? C’est jeux, dis – Candy Numbers (Zébulon)

Le jeudi ? C’est jeux, dis - Dictopia (Subverti)

Loisirs et culture

Le jeudi ? C’est jeux, dis - Dictopia (Subverti)

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies