Loisirs et culture

Le Ninglinspo, un torrent de découvertes

En Wallonie, la nature n’est pas avare en curiosités magnifiques à (re)découvrir. Le Ninglinspo fait partie de celles-là. Le Ninglin, quoi ? Le Ninglinspo ! Un nom curieux, on en convient. Un drôle de mot qui serait le fruit d’une erreur de cartographes français ayant jadis confondu le nom du cours d’eau avec celui d’un terrain dans lequel il se jetait dans l’Amblève. En fait à l’origine, le ruisseau s’appelait le Doulneux.

Voilà pour l’histoire. Passons à la géographie pure, car, outre son patronyme rigolo, le Ninglinspo n’en est pas moins un vrai phénomène naturel et singulier. Il serpente, ou plutôt il dévale, sur trois kilomètres en s’offrant 230 mètres de dénivelé. Conséquence, cela en fait le seul torrent de Belgique.
La promenade qui part du hameau de Sedoz, à Remouchamps, est bien balisée et voit se succéder ponts et passages à gué (il y en a une vingtaine). Très prisée notamment par nos voisin·e·s flamand·e·s et hollandais·es, elle offre des points de vue étonnants sur des amas d’énormes rochers (les « chaos »), sur des petits espaces d’eau bucoliques (les « bains ») et sur des cascades dont le débit varie en fonction du temps et des saisons.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies