Crèche et école

Les « cabossés » de l’école

Le parcours scolaire, une course de fond. Certains en sortent harassés. Il peut laisser des séquelles qu’il est important de prendre en compte. Une étude vient de sortir à propos des impacts du redoublement dans le secondaire, sur le supérieur. Mais il n'est pas le seul à marquer. Nous avons rencontré quelques jeunes aux histoires différentes qui reviennent sur les épreuves qu'ils ont vécues.

Ce n'est pas neuf, la Belgique est championne du redoublement. Selon la dernière étude de l'OCDE, 46 % des élèves accèdent au supérieur en ayant redoublé au moins une fois. Une étude mesure son impact sur le moral des élèves une fois entrés dans le supérieur. Les conclusions menées par Jean-Paul Lambert, recteur honoraire de l'université Saint-Louis à Bruxelles, dressent le lien entre le redoublement et la réussite à l'université. Un étudiant qui a du retard scolaire dans le supérieur a seulement 25 % de chances de passer en deuxième sans encombre. Le redoublement n'est pas le seul facteur qui fait jeter l'éponge aux étudiants. Cette étude fait écho aux propos d'étudiants cabossés qui se sont livrés au Ligueur sur leurs parcours difficiles et leurs répercussions.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies