Loisirs et culture

À nos grands-mères

Les grands-mères sont importantes aux yeux des petits-enfants. Il n’est donc pas surprenant de les retrouver en héroïnes de livres jeunesse…

Il y a plusieurs manières de mettre en scène et en pages les grands-mères. Certainꞏes choisiront la tendresse tandis que d’autres opteront pour le décalage, humoristique ou autre. Les thèmes autour de nos aïeules ne manquent pas : transmission, vieillesse, mort, vacances, etc.

ET AUSSI

Nous avons aimé…

  • Zuza. Vos enfants ne connaissent pas Zuza, née en 1998 ? Quelle chance ils ont ! Ils vont pouvoir découvrir cette héroïne hors norme sortie de l’imagination d’Anaïs Vaugelade, formidable autrice-illustratrice devenue éditrice. Les douze aventures de Zuza sont ici compilées en un fort beau volume. Les épisodes se déroulent dans des pages teintées d’une couleur différente, d’où ce joli arc-en-ciel sur la tranche du livre. Chaque histoire part d’une situation on ne peut plus quotidienne, par exemple le dîner. Celui-ci part dans les airs, car Anaïs le boude. Celle-ci le suit à son tour et atterrit chez un crocodile, qui a fait l’originalité de la série. Il est l’alter ego de Zuza dans chacun des épisodes suivants comme le bain, le cauchemar, la fête, l’école, etc. C’est frais, inattendu, jouissif. Et complètement décalé.
    Tout Zuza, d’Anaïs Vaugelade (L’école des loisirs). À partir de 3 ans
  • Ernest et Célestine. Les enfants d’aujourd’hui connaissent-ils Ernest et Célestine, les personnages emblématiques de Gabrielle Vincent ? Un duo qui a séduit des générations de lecteurs et lectrices par leur tendresse et leur amitié, parfois leurs légères bouderies… Célestine, la petite souris orpheline et maligne, a été recueillie par Ernest, l’ours bougon et généreux. Un couple improbable, mais dans lequel se sont reconnus tant d’enfants. Or, il y a trente ans, paraissait le seul album où apparaissent justement des enfants. Né de la correspondance entre Gabrielle Vincent et ses fans, il met en scène Antoine qui écrit à nos deux compères, mais Ernest ne répond pas. Les fêtes avec des inconnuꞏes l’intimident et le bousculent dans ses habitudes. À son insu, Célestine décide d’inviter leur jeune admirateur… Casterman vient de rééditer cet album qui célèbre l’amitié et permet de (re)découvrir les aquarelles délicates et vivantes de l’artiste belge.
    Ernest et Célestine. Bienvenue les enfants !, de Gabrielle Vincent (Casterman). À partir de 3 ans
  • Pio. En général, les géants ne sont pas des enfants. Quand Pio naît, il est tout petit, mais, très vite, il dépasse sa maman et les autres, enchaînant catastrophe sur catastrophe par sa maladresse. En toute innocence. Car Pio est un gentil géant. Heureusement, rien n’arrête l’amour de sa mère qui l’aide à dépasser sa gigantesque différence. Bien qu’imposant, il ne parvient pas à attirer l’attention de la petite Nona. Quoique. Les illus de cet album en format XL nous rappellent certains chromos d’autrefois, avec une touche de naïveté bienvenue, dans des couleurs complémentaires d’un bel effet. Et nous rendent bien sympathique ce géant hors norme.
    Pio, d’Émilie Chazerand et Marie Mignot (Sarbacane). Dès 4 ans
  • Alice. Toutes les Alice ne voyagent pas au pays des merveilles. Cette Alice norvégienne déteste les robes, les jupes, les disputes et les sourires forcés. D’une timidité maladive, elle est introvertie et se dénigre constamment, ce qui ne l’empêche pas d’être parfois jalouse. Confrontée à des dilemmes insolubles, notre introvertie est souvent obligée de mentir pour ne pas perdre la face. Surtout à son voisin et ami Iver. Quand se profile le spectacle de fin d’année, elle est tout bonnement terrorisée. Ce roman simple, mais tenu par son suspens et son humour, offre à ceux et celles qui ont du mal à trouver leur place un miroir bienvenu dans lequel ils et elles se reconnaîtront et ont… la première place.
    Alice princesse de secours, de Torun Lian et Øyvind Torseter (La Joie de Lire/coll. hibouk). À partir de 8 ans

À ÉCOUTER

Clara Schumann

S’il est une chose que nous apprend la vie des artistes, c’est que la fabrication d’une œuvre peut mériter une attention aussi grande que l’œuvre elle-même. Ceci est vrai pour le travail de création des femmes, ces dernières ayant été le plus souvent, dans leur art, oubliées ou empêchées. Un exemple nous est livré par ce beau livre-CD consacré à Clara Wieck-Schumann (1819-1896).
De cette musicienne prodige qui fut la première interprète de son mari, on dit qu’elle éleva quasiment seule ses huit enfants tout en menant une carrière de pianiste à l’international. On omet d’ajouter qu’elle renonça, pour toutes ces raisons-là, à ses propres prétentions d’écriture. Le livre qui contient de nombreux extraits musicaux confirme la compositrice de talent qu’elle fut avant son mariage.
La voix d’Elsa Lepoivre et les illustrations de Fanny Ducassé apportent une légèreté bienvenue au texte de Marie Leclercq, lui-même d’une grande précision technique. Le résultat saura sans trop de peine éveiller les jeunes esprits aux passions parfois rivales qui jalonnent une carrière artistique.
► Un texte musical écrit par Marie Leclercq, illustré par Fanny Ducassé et raconté par Elsa Lepoivre (Didier jeunesse)

Catherine De Poortere / PointCulture

À LIRE AUSSI

Le sourire du singe (Esperluète) et Le dictionnaire des ogresses (Le port a jauni)

Loisirs et culture

Le sourire du singe (Esperluète) et Le dictionnaire des ogresses (Le port a jauni)

Et vous, avez-vous un bon job ?

Loisirs et culture

Et vous, avez-vous un bon job ?

Liberté, disponibilité, complicité

Vie pratique

Liberté, disponibilité, complicité

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies