Société

Agnès Amez : « Grâce à mon métier, je peux aider cette famille qui fuit la guerre »

Dans un précédent Ligueur, on abordait l’accueil des enfants venus d’Ukraine dans nos écoles. Les chiffres, les faits, les règles. Nous donnons cette fois la parole à une institutrice qui vit cet accueil au quotidien. Une manière de saluer ces centaines d’enseignant·es qui se sont mobilisé·es pour offrir une scolarité la plus normale possible à ces enfants et ces jeunes.

C’est toujours un plaisir de revenir dans une classe de primaire tant les odeurs, les dessins, les écritures, la diversité des connaissances rappellent la vie en mouvement, dans tout ce qu’elle laisse présager de l’avenir et de ses évolutions. Celle d’Agnès Amez, une 4e primaire, n’y déroge pas. Nos yeux ont envie de se poser partout tant les murs sont riches des apprentissages en cours.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies