Crèche et école

En avant la musique !

Si vous souhaitez qu’un jour votre enfant vous dise : « J’aimerais apprendre la musique », le préalable, c’est que vous l’aimiez et que vous preniez plaisir à en écouter. Car si vous envisagez qu’il joue d’un instrument uniquement pour qu’il soit meilleur en maths ou parce que cela se pratique d’office dans votre famille, cela risque de ne pas marcher.

L’apprentissage du chant ou d’un instrument de musique ne doit pas être une contrainte, mais une source de plaisir. Selon le psychanalyste et philosophe Jean-Pierre Winter, « la musique n’apportera un bénéfice à l’enfant que si l’envie vient de lui. S’il apprend à jouer du violon par injonction bourgeoise, cela ne donnera rien. La musique sous contrainte peut même déstructurer l’enfant, qui y perdra le goût de l’effort, de la répétition. En revanche, l’enfant qui a une volonté d’apprendre la musique découvrira un apprentissage de la rigueur et de la générosité. De plus, la musique met l’enfant en contact avec quelque chose de transcendant. C’est un art de l’éphémère qui nous met au plus près du bonheur. L’enfant musicien a accès à ce sentiment unique. Et cela lui donne une armature dans la vie. »

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies