Développement de l'enfant

« L’amour, c’est pour les filles »

Les amours de cours de récré, avouez-le, aujourd’hui adultes, vous n’y croyez pas. Pourtant, souvenez-vous. Les sentiments fiévreux que vous avez portés à l’un ou l’une. Vous rentriez de l’école transporté·e·s, persuadé·e·s que vous aviez trouvé la moitié de votre âme. Celui ou celle avec qui vous alliez vivre d’un sentiment pur, profond et puissant. Nous en parlons avec Kevin Diter à qui les enfants ont ouvert leur cœur dans le cadre de sa thèse sur l’enfance et les sentiments. Il nous raconte ses conversations sur l’amour et l’amitié. Il en ressort convaincu d’une chose : l’amour ne devrait avoir ni sexe, ni âge.

Après avoir posé une fois de plus la question des stéréotypes dans l’éducation dans un numéro précédent, nous nous intéressons cette fois-ci à l’amour côté petits garçons et petites filles. Si on écrit à son sujet sous tous les angles depuis la nuit des temps, peu de sociologues s’y intéressent à hauteur d’enfants. C’est par cette observation que Kevin Diter part à l’aventure. Ce post-doctorant à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes en France, tel un Riad Sattouf (lire Retour au Collège), est retourné sur les bancs de l’école à la rencontre des 6-11 ans et s’est penché sur la construction et l’intériorisation des normes autour de l'amour.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies