Loisirs et culture

La rentrée littéraire de nos enfants

Les livres, en voilà un joli fil rouge entre l’école et la maison. Apprendre, se détendre, se laisser emporter… qu’il est bon d’avoir à partager mots et images. Que votre petit ou grand soit rêveur, sérieux, aventurier, plutôt BD ou plutôt roman, dévoreur de pages ou lecteur parcimonieux, son bonheur est là, à portée de main, dans la sélection du prix Versele 2018. 

Comme à chaque rentrée de septembre, voici vingt-cinq livres, répartis en cinq catégories chouettes selon les compétences de lecture, qui s'adressent en priorité aux enfants de 3 à 13 ans. De quoi offrir, non seulement du plaisir de lire, mais aussi l'envie de partager des rêves et d'échanger des idées !
Dans cette nouvelle cuvée, ce qui frappe tout d'abord, c'est l'omniprésence de l'humour. L'humour dans toutes ses nuances, du plus tendre au plus décapant. Dans la foulée, on constate que non seulement il n'y a plus de sujets tabous, mais que les créateurs se montrent avides d'explorer de nouveaux territoires. À remarquer aussi, le regard vers l'ailleurs, notamment vers l'Asie : Chine, Corée, Inde ou Japon. Et aussi le regard vers le patrimoine, dont on redécouvre une petite merveille.
En ce qui concerne la variété éditoriale, si la poésie est présente, aucun texte théâtral n'est retenu cette année. Quant à la BD, genre longtemps tenu à l'écart, elle conforte son entrée, dans des formats inhabituels et des approches novatrices.
À découvrir aussi, la production audacieuse de jeunes maisons d'édition. Une double bonne nouvelle pour les catégories 4 et 5 chouettes : un nombre important d'albums y sont sélectionnés alors qu'il n'y a pas si longtemps, c'était un domaine dévolu au texte sans image. Dans le même temps, de plus en plus de romanciers semblent à nouveau inspirés par l'écriture destinée en priorité aux jeunes adolescents.

1 chouette (dès 3 ans)

Bonne nuit - Charlotte Zolotow et Vladimir Bobri - Albin Michel Jeunesse et Bibliothèque nationale de France

Un album particulièrement bienvenu dans le rituel du coucher des petits noctambules acceptant mal de rester sagement dans leur lit alors qu'autour d'eux la vie continue. Un texte qui résonne comme une comptine. Des images qui inventorient les façons de dormir d'un tas d'animaux : des ours dans leur tanière au chat et au chien de la maison, en passant par les poissons, les tortues, les phoques, les sauterelles, les chenilles et même les araignées. Le tout imprimé dans des couleurs délicates sur un solide papier couleur nuit. C'est nouveau, ça vient de sortir ? Pas du tout, cette petite merveille de délicatesse date de 1958. Rééditée depuis dans différentes versions, elle paraît pour la première fois en français.

Lièvre et Ours : Où est Ours ? - Emily Gravett - Kaléidoscope

Une joyeuse partie de cache-cache entre Lièvre et Ours, où l'on compte en couleur jusqu'à dix avant de se lancer à la recherche de l'autre. Dans la théière ? Derrière un tableau ? Sous le lampadaire, à l'abri d'une petite pile de livres ? Sous la couette, c'est une bonne cachette… mais on risque de s'y endormir !
Un album destiné en priorité aux petits : ils ne déchiffrent pas encore les mots mais sont très à l'aise dans la lecture des images. Ça tombe bien, c'est avant tout en images que raconte Emily Gravett. Les mots, on dirait qu'elle les souffle aux adultes.

Train fantôme - Adrien Albert - l'école des loisirs

Un conseil d'Adrien Albert : « Allez-y, les enfants, faites les choses même si vous avez peur. Plus vous essaierez, plus vous en sortirez grandis ! ». L'année dernière, sélectionné en 2 chouettes, son Simon sur les rails était arrivé deuxième dans le choix des enfants. Simon prenait son courage à deux mains pour rejoindre à pied, en pleine nuit et à travers la montagne, la maison de son grand frère.
Ici, le petit Lulu, invité par sa grande sœur à la fête foraine, ne s'intéresse ni à la chenille, ni au carrousel, ni à la pêche aux canards, ni même aux autos tamponneuses. Car ce qu'il veut affronter, ce sont les horreurs du train fantôme.

Pourquoi ça n'avance pas ? - Tomoko Ohmura - l'école des loisirs

Ça commence presque comme un documentaire consacré aux engins à roues et à roulettes. Du patin à la grue mobile, en passant par le caddie, la bétonneuse, le bibliobus… sans oublier, bien entendu, la voiture de police, ils sont cinquante à la queue leu leu. Mais les réflexions et les questions des conducteurs respectifs font vite comprendre qu'on n'est pas dans une collection mais bien dans un embouteillage. L'impatience et la tension montent au fur et à mesure que l'on remonte la file, en compagnie de l'ouvrier de chantier. Mais pourquoi ça n'avance pas ? La réponse, bien éloignée du documentaire, plonge délicieusement dans la fantaisie.

Une histoire qui… - Gilles Bachelet - Seuil Jeunesse

Sur chaque page de gauche, une tendre scène de famille : un papa ou une maman raconte l'histoire du soir à un petit, son doudou dans les bras. Mais si l'on connaît Gilles Bachelet, l'auteur du célèbre Mon chat le plus bête du monde, on ne sera pas désarçonné par la variété des familles - non seulement pandas, morses, girafes, autruches, escargots, mais aussi dragons, extraterrestres et tractopelles - et on goûtera les détails désopilants et inattendus de chacune de ces scènes. En plus, chaque page de droite propose l'amorce d'une histoire : une qui fait fondre, une autre qui voyage, une autre qui dure, une autre encore qui naît... De quoi lire et relire ! Mais n'ayez crainte : à la fin, le bébé s'endort. Et à voir le papa bâiller sur son livre, on devine qu'il n'est pas loin d'en faire autant.

2 chouettes (dès 5 ans)

Qui a croqué le babouin ? - Julien Perrin et Fred. L - Alice Jeunesse*

Un gorille énorme et de méchante humeur débarque dans la savane. Son cousin le babouin a disparu et le bruit court qu’il a été avalé tout cru. Bien décidé à éclaircir le mystère, notre gorille mène l’enquête. Les lecteurs qui ont lu La dent - publié en 2014 par la même maison d’édition et signé par les mêmes auteurs - sont au parfum et savent bien qui a commis le méfait. Ce qui ne les empêchera pas de goûter ce conte de randonnée d’où il ressort notamment que les apparences sont souvent trompeuses et qu’on aurait tort de crier gare au gorille. Dès la couverture, le regard est attiré par les couleurs choisies : inhabituels, ce bleu électrique et ce jaune ocre ! Et quelle belle idée d’avoir habillé les animaux - jeans, marcels, culottes à ligne ou à pois, chemises bariolées, chapeaux sophistiqués - sans leur donner une apparence humaine.

Cinq minutes et des sablés - Stéphane Servant et Irène Bonacina - Didier Jeunesse

Est-ce un album sur le temps qui passe, sur l'ennui et la tristesse de la solitude ou sur la mort qui débarque à l'improviste ? Sur les trois à la fois, sans doute ! Mais c'est aussi un album sur le plaisir de rire, de jouer, de faire la fête et de manger des sablés qui sortent du four. En tous cas, la mort n'a rien ici d'un sinistre squelette muni d'une faux et d'un sablier. C'est une dame raffinée, chaussée de hauts talons, coiffée d'un chapeau élégant et se déplaçant dans un cabriolet écarlate. Une dame bienveillante qui sait prendre le temps de goûter aux plaisirs de la vie. Grâce à sa visite, la « Petite Vieille » qui n'attendait plus rien de l'existence a passé une journée tout à fait délicieuse.

Les aventuriers du soir - Anne Brouillard* - Les Éditions des Eléphants

Dans une lumière de fin de jour, une végétation luxuriante envahit la double page. Qu’importe si la maison est à deux pas et que les adultes - présence rassurante - prennent tranquillement le thé sur la terrasse, Gaspard, son doudou Lapinou et la chatte Mimi sont vraiment des aventuriers dans une forêt inextricable.
Entre imaginaire et réalité, le lecteur suit les faits et gestes des trois amis jusqu’à ce que le sommeil prenne le dessus et que, beaucoup plus tard, un jour nouveau se profile. L’alternance entre illustrations pleine page et succession de vignettes de divers formats, imprime un rythme que l’artiste maîtrise à la perfection. Avec juste ce qu’il faut de mots pour suggérer des sensations, des bruits, des odeurs.

Regarde en haut ! - Jin-Ho Jung - Rue du monde (Coup de cœur d'ailleurs : la Corée)

Après une page de garde où l'on apprend que la petite Suji a été victime d'un accident de voiture et qu'elle a perdu l'usage de ses jambes, l'histoire commence pour de bon. Nous sommes entraînés vers le haut d'un immeuble d'où on peut apercevoir la fenêtre de l'appartement où vit Suji.
Installée dans sa chaise roulante, la petite fille observe ce qui se passe tout en bas. Des gens - grands comme des fourmis -, elle ne voit que le dessus des têtes. Un jour, elle n'y tient plus : « Est-ce que quelqu'un peut regarder en haut ? ». Un petit garçon entend son appel. Et il lui vient une idée qui sera peut-être le point de départ d'une amitié. Rien de tristounet ou de misérabiliste dans cet album. Mais du talent, de l'imagination et de la chaleur humaine.

Course épique - Marie Dorléans - Sarbacane

Pour Marie Dorléans et son humour décapant, le beau monde des hippodromes - bijoux, chapeaux extravagants, costumes trois-pièces, nœuds pap’ et jumelles - constitue une cible de choix. Néanmoins tout semble normal sur la piste et dans les tribunes. Jusqu'au « Pan ! » du départ.
Car, dès que les fringants équipages s'élancent au grand galop, on plonge dans la fantaisie la plus réjouissante. Ce ne sont que comportements bizarres, participants non conformes et obstacles inattendus. Bref, on peut avancer sans risque de se tromper que les règles ne sont pas véritablement respectées. Même si la cérémonie de remise des prix et médailles n'est au fond qu'un juste retour des choses.

3 chouettes (dès 7 ans)

Crumble - Michael Rosen - ill. Tony Ross - Albin Michel Jeunesse (Mes premiers Witty)

Ce récit illustré nous vient d'Angleterre où le choix d'un animal de compagnie est plus encore qu'ailleurs une affaire sérieuse. La jeune Anne-Laurie rêve d'avoir un chien. La voici qui entre avec sa maman dans un petshop, comme on dit là-bas. Commence alors un interrogatoire en règle pour savoir ce qu’Anne-Laurie compte lui donner à manger, où elle va le loger, comment elle va le faire obéir, si la maison est bruyante. Et avant tout comment elle va l'appeler. Parce qu'un nom, il a déjà. Il s'appelle Crumble-aux-pommes.
Des questions normales, direz-vous. Sauf qu'elles sont posées par le chien lui-même, assis derrière un grand bureau. Dans cet exercice d'humour très britannique, auteur et illustrateur se montrent délicieusement complices. Et, soit dit en passant, le lecteur capte en prime plein de judicieux conseils sur la manière de se comporter avec un animal de compagnie.

Le chacal bleu - conte traditionnel indien - Shobha Viswanath et Dileep Joshi - Circonflexe

C'est l'histoire d'un petit chacal, rejeté par tous ses congénères, qui tombe un jour dans une jarre de teinture indigo. Le bleu de son pelage plonge les animaux dans la frayeur. Ce qui lui vaut d'être proclamé roi. Une gloire qui ne dure pas, le bleu indigo ne résistant pas à la pluie. Mais qu'à cela ne tienne, le petit chacal garde le souvenir des bons moments passés.
Bienvenus sont les contes qui nous mettent au parfum d'autres cultures. Mais trop souvent, hélas, l'imaginaire « d'ailleurs » y est aménagé à la sauce occidentale. Rien de tel ici dans cet album dont l'édition originale est indienne. Ce conte, qui parle de pouvoir et de vivre ensemble, est extrait d'un recueil très connu, écrit en langue sanskrite et datant du IIIe siècle. Il nous est précisé qu'il est illustré selon les techniques d'un art pictural tribal de l'Inde occidentale.

Bruno. Quelques jours de ma vie très intéressante - Catharina Valckx - ill. Nicolas Hubesch - l'école des loisirs

Pour la première fois, Catharina Valckx écrit un texte sans l'illustrer elle-même. Elle nous entraîne dans un décor citadin, débonnaire et plein de charme. Cette vie très intéressante, c'est celle de Bruno, un petit chat au béret bleu. Il s'y déroule des jours bizarres, des jours de pluie, des jours idiots et même des jours presque parfaits. Les jours de panne d'électricité sont absolument délicieux car ils sont rares. Quel bonheur de faire la connaissance de Michou le vieux poney, de Gloria l'épicière, de Georgette la mouette et d'un nouveau venu, Pû, le poisson rose tendre. D'accord, il y a aussi l'affreux Gérard, un loup pas sympa. Mais c'est la vie.

Amuserimes - Pierre Coran* - ill. Thomas Baas - Le livre de poche jeunesse cadet

Même si les poèmes de Pierre Coran sont lus, travaillés et appris par cœur en classe, ils n’en deviennent pas pour autant des textes scolaires. La fraîcheur d’inspiration du poète semble inoxydable, de même que sa capacité à rester dans le vent. Il joue avec les mots, leur musique et les lettres qui les composent. Il les détricote et les triture. À tel point qu’avec lui, l’alphabet devient un terrain de jeu. La plupart des courts textes composant Amuserimes chantent la fantaisie, l’imaginaire, le nonsense. Et heureuse surprise, l'édition de ce petit « poche » est particulièrement soignée, tant au point de vue de l’illustration que de la typographie, de la reliure et du choix du papier.

Heu-reux ! - Christian Voltz - Éditions du Rouergue

Un roi qui veut marier son fils et invite toutes les demoiselles du royaume à se présenter afin que le gamin puisse faire son choix, voilà une situation très prisée des auteurs pour enfants. Ici, dans les collages rigolos de Christian Voltz, le roi, un peu tyran sur les bords, est un taureau. Et son fils unique, le prince Jean-Georges, est censé épouser une vache du pays.
Mais comme tous ces beaux partis reçoivent la même réponse : « Désolé, vous ne faites pas battre mon cœur », le monarque, qui se veut moderne, se tourne successivement vers les truies, les juments et les chèvres. Sans plus de succès. Il finit par ordonner à son fils d'être heureux. Et Jean-Georges d'avouer alors qui il aime en secret. Si vous voulez en savoir plus, plongez-vous dans cet album, un bijou d'humour et de délicatesse. Vive les mariés !

4 chouettes (dès 9 ans)

Meslama la sorcière - Jennifer Dalrymple - ill. Julia Wauters - Cambourakis

Personnage complexe que cette petite Meslama ! Elle possède les secrets des potions qui soulagent et guérissent. Mais elle connaît aussi les formules qui terrifient et anéantissent. Ainsi quand le Seigneur du lieu lui interdit avec arrogance de ramasser du bois mort dans la forêt, elle est prête, face à cette injustice, à abattre son château. Mais quand elle découvre que le fils de ce Seigneur risque de mourir, elle n'hésite pas à utiliser sa science pour le sauver. Le château, elle finira par le détruire. Acceptera-t-elle l'aide du fils convalescent quand il fera mine de l'aider à ramasser des branches mortes pour le feu ?

Chambre avec vue - Raphaële Frier - Éditions Thierry Magnier (Petite poche)

C'est à Marseille que l'auteure vit et travaille. Et c'est Marseille qu'elle a choisi comme cadre de ce court roman. Son jeune narrateur vit avec sa famille dans un appartement coincé entre l’autoroute A7 et le boulevard de Strasbourg. Silence, air pur et obscurité totale y sont inconnus. Pour nourrir son imaginaire, on ne peut qu’observer les voitures et imaginer les destins que chacune d’elles transporte. Mais un jour, pour cause de travaux, tout s’arrête. « L’autoroute est fermée jusqu’à lundi matin », annonce le père qui revient de la boulangerie. Une invitation à s’aventurer sur le bitume. Et à y réinventer la mer !

Maarron - Håkon Øvreås - ill. Øyvind Torseter - La joie de Lire (hibouk)

Trois « grands » plutôt méchants ont détruit la cabane qu’Aaron a construite avec son copain Norbert. Comment les gamins vont-ils réagir ? Les parents semblent bienveillants et à l'écoute. Mais, hélas, le grand-père d'Aaron vient de mourir. Toujours est-il que l'affaire se traitera entre enfants. Aaron et Norbert seront rejoints par Claire, une gamine délurée. Heureusement, il existe des passages entre la réalité et le rêve. Heureusement, Aaron garde de son grand-père un souvenir bien vivant. Heureusement, la formule magique « On disait que » fait naître des idées. Et heureusement, se déguiser en superhéros donne de l'assurance. C'est ainsi qu'en quelques nuits, les vélos des trois « grands » méchants vont successivement se couvrir de peinture marron, noire et même bleu pâle.

Krol le fou - Sigrid Baffert - Aurore Callias - l'école des loisirs (Mouche)

Point de mots ni de phrases compliqués. Mais de la lenteur, du non-dit et surtout un humour subtil dans les dialogues et la narration. Nous sommes juste en face de l’île de Bass Rock, centre écossais des oiseaux de mer. Un narrateur extérieur et deux personnages : Edgar, que l’école ennuie et qui passe des heures à scruter l’océan avec ses jumelles, et Krol, un fou de Bassan, renvoyé de Bass Rock. Puni, on ne saura pas pourquoi. Mais, de toute manière, il en a assez de ces allers et retours sud-nord, nord-sud. Krol veut apprendre un métier et va charger Edgar de lui rédiger un C.V.

Yasuke - Frédéric Marais - Les fourmis rouges

Yasuke, esclave africain, devenu samouraï - le premier et l'un des seuls samouraïs étrangers - dans le Japon du XVIe siècle, est un personnage historique. C'est de son destin que s'inspire Frédéric Marais. Ici, le héros n'est pas un esclave mais un jeune garçon libre et solitaire. Personne ne lui ayant donné un nom, il quitta son Kilimandjaro pour tenter d'échapper à cet anonymat. Après un long périple qui lui fit traverser l'Océan, il débarqua au Japon où, grâce à sa fidélité et à sa bravoure, il devint samouraï. Ce qui, selon la tradition, lui permit de se choisir un nom. C'est ainsi qu'il devint Yasuke, dont on parle encore dans le Japon moderne comme Kuru San Yasuke, Monsieur Noir Yasuke !

5 chouettes (dès 11 ans)

Quand c'était la guerre et que je ne comprenais pas le monde - Joke van Leeuwen - Alice Jeunesse* (Deuzio)

« J’aurais voulu demander pourquoi on appelait la frontière une frontière, qui avait inventé les frontières, et ce qu’on faisait quand la frontière tombait pile où les gens habitaient ». L'histoire - aussi avec un grand H - est vue à travers le regard, les constatations, les déductions et les questions de Toda, une petite fille de 9 ans. Son père a été obligé d’abandonner son métier de pâtissier : « Il fallait qu’il aille se battre contre nos ennemis pour défendre nos amis, même si certains ennemis étaient aussi ses amis ». Toda est tout d'abord confiée à sa grand-mère. Mais quand la guerre se rapproche, la petite fille va monter dans un car avec d’autres enfants pour rejoindre sa maman qui vit « dans un pays où il n’y a pas la guerre ». Dans quel pays sommes-nous ? De quelle guerre s’agit-il ? On ne nous le dit pas. Mais nous pouvons le deviner.

Mo - Julia Billet - ill. Simon Bailly - Éditions du Pourquoi pas

Dans la cité, Mo est gardien. C'est bien la première fois qu'un gardien d'immeuble devient le personnage central - le héros - d'un album pour enfants. Et, coup de bol, c'est un album exceptionnel à tous points de vue. Si Julia Billet est une auteure appréciée depuis longtemps, ce sont les premiers pas de Simon Bailly dans l'édition jeunesse. Trois doubles pages sans un seul mot suffisent à nous faire comprendre que Mo est sympa, qu'il est bien accepté dans le quartier et qu'il rend volontiers service. Mais la quatrième de couverture nous avait mis au parfum : Mo a un secret. Ce secret, on le devine petit à petit. Mo a un problème avec les lettres et les mots.

Te souviens-tu de Wei ? - Gwenaëlle Abolivier - ill. Zaü - HongFei

En cette période de centenaire de la Grande guerre, les albums jeunesse évoquant 14-18 sont légion. Mais a-t-on jamais parlé des dizaines de milliers de travailleurs chinois qui - dès 1916 - ont quitté leur pays pour trouver du travail, ignorant la dureté du sort qui les attendait ? En France, ils ont travaillé dans les ports, dans les fermes, dans les mines, dans les usines d'armement, sur les routes et les voies ferrées. Et même s'ils n'ont pas servi dans les armées, neutralité chinoise oblige, on évalue à 20 000 le nombre des victimes.
Te souviens-tu de Wei ? Le titre interroge le lecteur : Wei pourrait être le père de son grand-père. L'album imagine en effet le destin d'un jeune homme de 20 ans ayant survécu à l'horreur et s'étant établi en France.

Alcibiade - Rémi Farnos - La joie de lire (Somnambule)

Voici une BD qui ne ressemble à aucune autre. On n'y retrouve pas la succession de cases, caractéristiques du genre. Mais bien, à chaque page, une seule grande image divisée en carrés. Un peu comme le plateau d'un jeu d'échecs. Les personnages y déambulent, selon un chemin souvent tortueux. Le regard du lecteur qui les accompagne passe d'un carré à l'autre, dans toutes les directions. Et qui sont ces personnages ? Le principal, Alcibiade donc, est un jeune garçon qui s'en va vers l'est pour rencontrer le Grand Sage, espérant qu'il lui fasse connaître son destin. Long chemin initiatique depuis son village natal, avec la traversée du désert du Péril, le survol de la chaîne des Lapages et un parcours dans le labyrinthe de Glace. Des dangers multiples mais aussi de belles rencontres.

Avant l'ouragan - Jewell Parker Rhodes - l'école des loisirs (Neuf)

La narratrice, Lanesha, 12 ans, vit avec Mama Ya-Ya, la sage-femme qui l'a mise au monde. Les autres enfants la traitent de sorcière. Elle n'en a cure, quand elle sera grande, elle sera à la fois « ingénieure » et « interprète des symboles et des signes ».
Dans une ambiance de réalisme magique, son récit prend la forme d'une tragédie en deux actes. Le premier est bâti sur l’attente. Il fait beau et chaud. L’ouragan approche. Radio et télévision conseillent aux habitants de partir. Mais comme Mama Ya-Ya l’avait prévu, ce n’est pas l’ouragan lui-même, mais bien la rupture des digues du Mississipi, qui plongera la ville, et notamment son District 9, dans l’horreur. Ce sera l’objet du second acte. Celui de l’action. Lanesha, accompagnée du fils des voisins et de son chien, déploiera des trésors de sang-froid et d’intelligence pour survivre.

*Auteurs, illustrateurs, traducteurs, éditeurs belges.

 


Maggy Rayet

 

 

En pratique

Comment voter ?

  • En ligne avec un accès pour les enfants afin qu’ils puissent voter individuellement.
  • Par bulletin papier : les bulletins sont à envoyer à Ligue des Familles - Prix Bernard Versele, avenue Émile de Béco, 109 - 1050 Bruxelles

Pour les demandes de bulletins de vote, veuillez nous les adresser par téléphone au 02/507 72 11 ou par mail via prixversele@liguedesfamilles.be ou encore par courrier postal (voir adresse ci-dessus) en précisant la quantité, la (les) catégorie(s) choisie(s) et une adresse complète pour l’expédition.

À lire aussi

Abonné
Le coin lecture : guerre et droits de l'enfant

Loisirs et culture

Le coin lecture : guerre et droits de l'enfant

Vive le vent, vive le vent d’hiver

Loisirs et culture

Vive le vent, vive le vent d’hiver

Les trois petits cochons sous une toute nouvelle perspective

Loisirs et culture

Les trois petits cochons sous une toute nouvelle perspective

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies