Loisirs et culture

Libre comme l’art

À Huy, l’été dernier, à la fin de la représentation de NORMAN c’est comme normal à une lettre près, le public s’est levé d’un seul corps pour applaudir à tout rompre. Une standing ovation, nous en avions rarement vu aux Rencontres Théâtre Jeune Public. Grande était l’envie de découvrir l’artiste à la source de ce bijou scénique.

Clément Thirion nous a donné rendez-vous chez lui. Dans un salon calme et lumineux où les plantes s’épanouissent. Nous prenons place dans le divan, à côté du maître des lieux, un attachant chat noir du nom de Voilà.
Durant notre conversation, le chorégraphe gardera discrètement une attention pour le craquant félin et ce sera réciproque. Les oreilles de celui-ci oscilleront au son de sa voix et de ses inflexions. L’attention, c’est sans doute le mot qui pourrait résumer l’homme. L’attention à l’autre, à ce qui est dit et comment, à ce qui se vit, à ce qui se crée, à ce qui peut évoluer, à la liberté d’exister de façon authentique.
Nous découvrons un artiste à la fois intègre, tendre, drôle et exigeant. Il choisit soigneusement ses mots, opte pour un langage clair et précis, articule sa pensée avec délicatesse et sincérité. Avec prudence également, prenant garde à ne pas paraître celui qui sait. Maniant la parole inclusive avec fluidité, il plante d’emblée le décor : l’ouverture est en toile de fond de sa vie et de ses créations.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies