Développement de l'enfant

Pourquoi les colères ?

L'ENFANT PAS À PAS

Depuis qu’il est né, on ne cesse de vous le répéter : votre enfant découvre. Une fois de plus et chaque fois un peu différemment, votre enfant découvre. Vers ses 18 mois, il fait l’expérience en lui-même et par lui-même d’avoir des capacités, de jubiler à les utiliser, d’aimer les valoriser et d’apprendre…

Il fait l’expérience qu’il peut tourner la clé pour ouvrir une porte, qu’il peut comprendre la limite jusqu’à laquelle son parent va supporter qu’il fasse telle ou telle exploration, qu’il peut déplacer des objets, mais pas tous car certains sont trop lourds, qu’il est capable de manger en utilisant lui-même la cuillère, d’enfiler lui-même son bonnet, de retirer lui-même sa couche, qu’il préfère marcher seul plutôt qu’en donnant la main, qu’il veut aller à gauche plutôt qu’à droite, qu’il y a des moments où il est prêt à obéir et d’autres où il déteste être contraint, qu’il obtient de la boulangère une petite tranche de pain en lui faisant un sourire, mais que chez le boucher il devra se manifester plus explicitement pour obtenir un petit morceau de jambon, que lorsque son papa est fatigué il vaut mieux rester calme…
Bref, à travers des milliers d’expériences, il apprend, analyse, extrait les lois physiques, grammaticales et relationnelles de son univers. C’est tout un travail et ses neurones fonctionnent à plein rendement si on le laisse faire et qu’on le soutient dans ses découvertes.
Il peut se montrer très fâché quand il est entravé dans ses expériences, même celles qui, à nos yeux, paraissent répétitives, opposantes ou inutiles. Oui, cela va sans doute plus vite d’enfiler le chapeau sur la tête du petit que de le laisser faire vingt fois ses vains essais. Cependant, comprendre que le bambin ne refuse pas de mettre son bonnet mais rouspète parce qu’il a un énorme désir d’apprendre à le mettre lui-même peut parfois être bien utile. Sûr que l’entrée dans cet âge demande aux parents des tonnes de patience et de créativité. Et c’est toujours bien à eux que revient la tâche de tenir les commandes, c’est-à-dire les horaires, les règles de ce qu’on peut ou ne peut pas faire, dans l’espace-temps qu’impose le réel et dans le respect de ceux qui partagent son existence. Mais, dans ces limites-là, laisser la place aux volontés de découvertes et d’expériences de l’enfant est une fameuse façon d’éviter les cascades de colères que les 18-20 mois sont capables de nous servir ou, du moins, d’éviter de mal interpréter leurs râleries en pensant qu’elles nous visent.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies