Vie pratique

« Aux yeux de l’administration, je suis le père de ma fille et la mère de mon fils »

Une fois que l’enfant est là, qu’est-ce qui différencie les familles homoparentales des autres ? Nous avons posé la question aux membres de l’asbl Homoparentalités.

« Déjà qu’on est homo, alors faut pas en plus qu’on loupe notre rôle de parent », résume avec franc-parler Anne-Sophie Baptist, ancienne co-présidente de l’asbl Homoparentalités et fondatrice de parents arc-en-ciel.
« Avec notre fille aînée, on s’est mis beaucoup de pression. C’est grâce au témoignage de François, né d’un couple de femmes il y a trente ans que nous avons réalisé que nous n’avions pas besoin d’être de meilleurs parents que les autres. Que même si notre fille mangeait ses frites avec les doigts, on n’allait pas nous l’enlever », raconte Anne-Sophie. Cette pression, voire cette injonction à être de bons parents figure en tête de liste parmi les réponses reçues sur ce qui peut ou non différencier les familles homoparentales des autres.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies