Vie pratique

Décembre 1993 : le petit Ligueur fait des petits

L’ARCHIVE DE LA SEMAINE

En 1993, le petit Ligueur fait les beaux jours du Ligueur. Cette section de votre magazine parental s’adresse aux enfants. Il leur décrypte l’actualité avec un ton et des mots choisis. Le petit Ligueur existera sous ce nom jusqu’en février 2009 pour céder la place aux Bruits du monde, l’actualité expliquée aux jeunes qui sera ensuite rebaptisée Actu jeunes jusqu’au début 2015 avant de disparaître. Là, en ce début de décade, l’équipe du petit Ligueur se signale par la sortie de carnets thématiques. En mars, la collection a été entamée avec un véritable défi qui relève quasi de l’inconscience, à savoir « Comprendre la Belgique », suivront « L’Europe de l’Est éclatée » et ensuite « La Belgique État Fédéral ».
La sortie de ces fascicules donne l’occasion à Thérèse Jeunejean, rédactrice en chef du petit Ligueur, de rédiger un article qui entre en résonance avec notre dossier consacré au parent face à l’info. À l’époque, on est encore loin de l’invasion du web dans les chaumières, mais la journaliste ne peut que le constater : « Les enfants sont plongés dans un brouillard d’informations, d’échos, de rumeurs, dans un magma nécessairement informe. Qu’on le veuille ou non, qu’on trouve cela bien ou mal, il n’est plus possible d’élever ses gosses sous cloche, sous bulle. C’est actuellement une utopie de croire qu’ils peuvent vivre à l’écart du monde ». Trente ans plus tard, ce constat est plus que jamais de mise.
Dans son texte, Thérèse Jeunejean se lance dans un véritable plaidoyer pour l’information, et pour la presse écrite. Elle souligne ainsi que « donner du sens aux événements, c’est aussi prendre distance vis-à-vis d’eux. Ce peut être une manière de lutter contre l’anxiété, voire l’angoisse qu’ils génèrent, de réfléchir l’émotion qu’ils suscitent. (…) L’écrit décode autrement la réalité que l’image, plus facilement éloignée du rationnel ». Suivent tous les bénéfices de l’information mise à hauteur des enfants : ouverture au monde via la compréhension et la connaissance, sortie du manichéisme le plus basique qui divise le monde entre les bons et les méchants.
Tout le texte se déroule avec intelligence, mettant, par exemple, en garde contre les risques de désespérer les enfants. « Il nous semble fort important, chaque fois que c’est possible, de mettre en évidence des actions positives et des possibilités d’agir, même à 11 ou 12 ans ». Le Ligueur dépose, là, ses pistes de solutions, entre éléments concrets, objectifs et matière à réflexion. Mais dans que but ? Citoyen, pardi !
Thérèse Jeunejean le résume ainsi : « Comprendre permet de se sentir concerné, plutôt que de capituler face à la complexité et de désinvestir le Politique, attitude dangereuse pour la démocratie. (…) C’est devenir capable de réfléchir et donc de se situer, de choisir, d’opter, de résister aux manipulations de quelque idéologie que ce soit ». Brillante démonstration.

À LIRE AUSSI

Comment ça s’apprivoise un smartphone ?

Développement de l'enfant

Comment ça s’apprivoise un smartphone ?

Novembre 1973 : Eddy  s’enrhume

Santé et bien-être

Novembre 1973 : Eddy  s’enrhume

Octobre 1952 : un jouet fait sa pub dans le Ligueur

Loisirs et culture

Octobre 1952 : un jouet fait sa pub dans le Ligueur

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies