Développement de l'enfant

« J'ai chanté pour accoucher » : ces parents qui « vocalisent » pour accueillir

Au catalogue des approches de préparation à la naissance, le « chant prénatal » intrigue, voire intimide. Il ramène pourtant à une pratique basée sur l'instinct. Comment et avec quels bénéfices pour toute la famille ?

Elle se dit de nature timide. Pour son premier accouchement, elle n'a pas osé « pousser de bruits » devant les sages-femmes, dans l'environnement peu familier qu'est l’hôpital. « Le travail était très long. En bonne élève, j'espérais appliquer un tas de conseils. Mais l’événement m'a complètement échappé ! », se rappelle Lucie, quand elle évoque la naissance de sa fille. Alors, à l'arrivée de son second enfant, la maman trentenaire a cherché à se préparer autrement, « sans prise de tête, je voulais un outil axé sur l'intuition ».
« Le chant prénatal, vous connaissez ? », lui suggère sa sage-femme. Serait-ce un groupe de chant réservé aux femmes enceintes ? Une chorale de berceuses ? Lucie en avait vaguement entendu parler, sans imaginer les facettes multiples de cette préparation à la naissance à part entière. « J'aime chanter, et ça m'a confortée dans l’idée de m'y rendre ». Mais chanter serait-il vraiment au menu ?

Une appellation peu adéquate

Les parents qui se renseignent sur son atelier lui posent régulièrement la même question : « Et si je ne sais pas chanter ? ». La chanteuse Anne Quintin rassure. « Effectivement, derrière l'appellation de ‘chant prénatal’ se partagent deux volets, explique cette animatrice de Namur. D'une part, en collectif, il peut s'agir d'un groupe pour les futures mamans, complices dans la même expérience de la grossesse, venues pour chanter, pour jouer et pour se soutenir. Mais ce type d'activité reste marginale. La formule la plus répandue, c'est l'atelier qui invite à communiquer avec son bébé et à se préparer à l'accouchement par le son. Aussi bien pour les mamans que pour les papas. Et dans ce cas, l'appellation n'est pas adéquate, à mon sens, et j'observe qu'elle peut freiner les parents. Donc, non, il ne faut pas forcément savoir chanter pour faire du chant prénatal ».
La chanteuse namuroise a elle-même découvert ce « chant » au moment d'accoucher de son premier enfant dans des conditions difficiles. Un bébé de 5 kg et en siège. « J'ai naturellement vocalisé pour plonger dans mes ressources. J'ai émis des sons durant tout mon travail. Le gynécologue voyant l'effet bénéfique des vibrations s'est trouvé en confiance pour laisser venir l'enfant par voie basse. Puis ça s'est su. Une future maman m'a contactée... Et je me suis formée pour accompagner les parents, en parallèle de l'émergence de cette approche en France. C'était il y a trente ans ».

« Le fait d'entendre ses deux parents chanter stimule le système nerveux central de l'enfant »
Anne Quintin

Chanteuse et accompagnatrice en chant périnatal

Si les futures mères ont de tout temps ressenti le besoin de vocaliser, la tradition du chant a été abandonnée dans notre société moderne, notamment pour des questions de pudeur et d'éducation. Dès les années 1970 en France, c'est la rencontre d’une cantatrice, d’une sage-femme et le soutien de gynécologues qui vont remettre en avant, au sein même des maternités, les bienfaits du son. Le « chant prénatal » est né dans la mouvance des accouchements sans violence.
Après de longues années d'études en milieu hospitalier, Marie-Louise Aucher a relevé les effets du son lorsque les enfants de ses élèves de chant naissaient. Et elle fait les mêmes observations chez ces bébés qui ont perçu du chant in utero. Un geste de la pince très précoce, une tonicité de la nuque ou encore l'orientation de la tête et des mains vers la source sonore. Elle remarque aussi un tempérament calme quand la mère a chanté pendant la grossesse et un développement avancé des capacités locomotrices pour le bas du corps quand il s'agit du père.
« Le fait d'entendre ses deux parents chanter stimule le système nerveux central de l'enfant, complète Anne Quintin. La voix de l'homme sonne une octave plus basse que celle de la femme. Et pour le bébé, c'est très clair que cette voix vient de l'extérieur, contrairement à celle de la maman. Elle a pour rôle d'appeler l'enfant à venir au monde. Ce processus d'ouverture vers l'extérieur par le père est déjà initié in utero ! »

Le grave qui crée du lien

Outre les bénéfices sur le développement du bébé, c'est établir du lien qui fait pousser la chansonnette aux parents, frères et sœurs du bébé à venir. « Le plus tôt possible !, comme le conseille aux parents Anne Quintin. Il suffit déjà de ‘muser’ en ‘mmmh’ pour mettre en route la vibration affective. Par les os, elle se répand et arrive dans l'utérus via le liquide amniotique, excellent conducteur. Elle atteint le bébé par l'ouïe et par le toucher ». Quant aux types de sons à chanter ? C'est aux ateliers qu'ils s'expérimentent. « La maman et le coparent y appréhendent le chemin des sons graves, ceux-là mêmes qui installent une grande détente car leur vibration est plus lente ».
Au long de quatre ateliers, Lucie a pu tester sa voix, la libérer. Dans une ambiance feutrée, installée sur des coussins, elle a profité des vibrations de bols tibétains et des carillons menés par l'animatrice Chantal Boffa, à Lustin, dans son atelier « Bulles de son ». « Une bulle pour toute la famille, précise-t-elle. La bulle, c'est aussi l'état de conscience de la future maman. Et après la naissance, c'est la bulle de sécurité qui réunit parents et bébé qui se reconnaissent, et qui soulage en cas de pleurs, de coliques, etc. ».
Le papa pose ses mains sur la plante des pieds de la maman, sur ses hanches, sur son dos.... transformant Lucie en caisse de résonance. « J'ai pris connaissance de ce qui me détendait, exprime Lucie. Mon compagnon s'est senti à l'aise avec un outil concret et simple qui l'impliquerait le jour J. J'ai aussi ressenti l'effet d'être épaulée dans cet exercice. Et ça m'a fort touchée de me sentir englobée par sa voix intense. De rester en communication sans devoir se parler ».
Lucie a aussi dansé en ondulant du bassin « pour goûter aux mouvements qui me feraient du bien à l'accouchement ». Quant à Célestine, l’aînée de la famille, âgée de 2 ans à peine, elle a rencontré son petit frère par une petite comptine apprise à l'atelier. « Nous chantons ‘Bonjour’ repris avec les prénoms de tous les membres de la famille. Nous l'avons chanté dès la naissance, en guise de présentation. Un rituel très accessible pour les tout-petits qui ne sont pas à l'aise avec la parole ».
Les berceuses se sont naturellement poursuivies aux premiers jours du petit Virgile. « Ma voix l'apaise, et quand je chante pour lui, il me regarde avec intensité et ses yeux s'illuminent. Je ne peux m'empêcher de rattacher cela au bain de sons dans lequel il est venu au monde ». Chantal Boffa veille aussi à imprégner les bébés de petits chants de la culture et des racines familiales, pour la transmission.

Actrice et cantatrice de son accouchement

« Je n'ai compris qu'à l'accouchement que c'était un outil puissant, raconte Lucie avec émotion. Me concentrer pour vocaliser m'a maintenue connectée à mon bébé, pour plonger dans mes entrailles, rester actrice. Par des ‘A’ et des ‘O’, par exemple, j'ai favorisé l'ouverture. »
Cette ouverture par le son a de nombreuses explications. « Chanter produit des endorphines, de l'ocytocine, de la dopamine, de la sérotonine et fait chuter l'hormone du stress, détaille Chantal Boffa. On sait que l'ouverture de la gorge détend simultanément le périnée ». Et puis, « la vibration induit le mouvement et peut donc débloquer des situations qui se figent, complète Anne Quintin. Les maternités commencent enfin à s'y intéresser, organisant des séances d'infos sur les sons graves. De quoi, je l'espère, décomplexer les mamans craintives de pousser des sons. Le personnel médical le perçoit positivement et chacun fait son travail ! ».

TÉMOIGNAGES

« Mon compagnon m'y ramenait »
« Mon compagnon émettait aussi des sons durant tout mon accouchement pour me rappeler la tonalité vers laquelle on devait aller ensemble. Si je criais aigu en me crispant, c'est lui qui me ramenait vers le grave. Je me suis accrochée à sa voix. On l'a vécu ensemble comme un vrai moment d'amour, avec des sons proches de l'orgasme, quasi animal. »
Annabelle

Même en césarienne
Quand la césarienne non programmée s'est imposée, Chantal et son mari musicien ont fait face au stress en se sécurisant dans le chant. « Durant toute l'intervention, nous avons chanté ensemble des mélodies spontanées qui nous venaient, un chant de voyelles. L'atmosphère était douce. Et toute l'équipe autour de nous s'est mise à parler en sourdine pour respecter notre bulle à trois. »
Chantal Boffa, animatrice en chant prénatal

BON À SAVOIR

Pratique et précautions

Les animatrices et animateurs en chant prénatal sont pour la plupart des chanteuses, chanteurs, sages-femmes ou kinés formé·es. « Le chant prénatal n'est pas une méthode protégée, prévient Évelyne Cabillau, psychologue psychothérapeute et animatrice en chant prénatal chez Naissentiel (Etterbeek). Les parents doivent veiller à se confier à un·e professionnel·le expérimenté·e et qualifié·e, formé·e idéalement en psychophonie, dont l'impact est concret et précis. Par la psychophonie, nous savons qu'il y a des correspondances vibratoires entre les sons, les vertèbres et les autres parties du corps. Il s'agit de ne pas contracter n'importe comment le bas ventre, surtout avant trois mois de grossesse ou en cas de menace d'accouchement prématuré. On s'adapte à chaque situation. Et si le terme est dépassé, le chant pourra activer l'accouchement ». Si l'animatrice recommande de débuter l’approche dès le quatrième mois de grossesse, elle précise aussi qu’« il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! ».

À LIRE AUSSI

Lecture pour génies en herbe

Développement de l'enfant

Lecture pour génies en herbe

Néonatalogie : soulager un peu les familles

Société

Néonatalogie : soulager un peu les familles

Transit de l'or blanc au sein d'un lactarium

Vie pratique

Transit de l'or blanc au sein d'un lactarium

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies