Société

« Le plus difficile pour le déficient visuel, c’est apprendre à nommer ses besoins »

Amandine* est atteinte d’une maladie oculaire. Ce qui ne l’empêche pas de fréquenter l’enseignement ordinaire, notamment grâce à l’accompagnement d’associations. Pour que l’intégration soit complète, rien de tel qu’un jeu de rôles pour mettre aussi la classe dans le coup.

« Est-ce qu’une personne aveugle est tout le temps dans le noir ? », « Comment fait-elle pour traverser ? ». Les questions fusent en ce mardi après-midi d’octobre au Sacré-Cœur de Jette. Dans une salle du sous-sol, des élèves de 1re secondaire assistent à une séance de sensibilisation à la déficience visuelle. Pour amener progressivement du contenu, rien de tel que de partir des questions des élèves. C’est l’approche choisie par Sophie et Céline, animatrices à Eqla, une asbl qui agit pour l’inclusion des personnes aveugles et malvoyantes.
Après les enfants, c’est à Céline d’interroger. « Les personnes qui portent des lunettes sont-elles malvoyantes ? ». La question fait débat. Les élèves concerné·e·s sont mis·e·s à contribution. L’animatrice les guide : « Vos verres correctifs vous permettent-ils de voir correctement ? ». Oui, répondent-ils en cœur. « Et toi, Amandine, poursuit Céline, est-ce qu’on peut dire que tu es malvoyante ? ». La jeune fille acquiesce timidement. C’est la première fois que le lien est fait explicitement entre l’animation et elle.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies