Loisirs et culture

Les musées, barbants ? Ça, c’était avant

Voix nasillarde et costume gris devant un tableau dans lequel on pourrait mettre la classe entière. « Voici l’œuvre de Pierre-Paul Rubens, né en 1577 à Siegen en Allemagne et mort le 30 mai 1640 à Anvers. Le peintre brabançon de l’école baroque flamande… ». « Zzzz… ». Les souvenirs que nous avons de certaines visites de musées peuvent être, comment dire, soporifiques ? Résultat : en tant que parents, ce n’est pas la première sortie à laquelle on pense pour s’éclater en famille. À tort.

« La mission assez nouvelle que les musées se donnent, c’est d’être dans l’inclusion, explique Marie-Émilie Ricker, responsable de l’agrégation en histoire de l’art à l’UCLouvain. Quand ils ont été conçus, il y a un bon siècle, les musées ont rassemblé des collections qui appartenaient à des aristocrates et qui sont devenues publiques. Mais elles touchaient principalement des initiés à l’époque. L’évolution a été de s’adresser à d’autres publics et maintenant, de les inclure. »

Une évolution vécue par Virginie et Jean-Louis, les parents de Hugo, 5 ans, Lisa, 9 ans, et Naël, 11 ans. « Les musées se sont améliorés, un vrai truc de fou, confirme la maman. La crise sanitaire a accéléré ce mouvement. Les équipes se sont décarcassées pour mettre en place des jeux, des chasses au trésor, etc. ».

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies