Développement de l'enfant

Pas si bête derrière sa manette ?

Lorsqu'on aborde le thème des jeux vidéo, la réaction parentale la plus fréquente est de dire que « c'est inutile, violent et les gosses y passent trop d'heures ». Mais est-ce si vrai que ça ? Pour en savoir plus, nous avons interrogé Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste réputé pour ses études portant sur les relations jeunes-médias-images, sur les bienfaits des jeux vidéo.

Concrètement, quels sont les domaines où le jeu permet d'améliorer des capacités ou des compétences ?
Serge Tisseron :
« Il y a une distinction à faire en fonction des types de jeu et entre le sexe des joueurs. Pour les types de jeu, on peut dire que les FPS (first-person shooter : jeu de tir basé sur des combats en vue à la première personne) améliorent la concentration, beaucoup de jeux sont très bons pour l'appréhension visuelle, c'est-à-dire repérer une cible et interagir en fonction de l'environnement. Les jeux en réseau, comme World of warcraft, Dofus ou Warhammer, développent la capacité à planifier des tâches ensemble, construire des stratégies, les mettre en place et les gérer.
En ce qui concerne la différenciation en fonction du sexe, on peut simplifier en disant que les garçons jouent plus et que les filles vont plus sur les réseaux sociaux. Quand les filles jouent, elles vont plus vers des jeux de simulation de vie du type Sims 1 ou Nintendogs qui favorisent la construction narrative. Les garçons, eux, sont plus attirés par les FPS ou les simulations de sport qui mettent l'accent sur la sensori-motricité et la réponse rapide. Finalement, c'est assez similaire à la cour de récréation : l'immédiateté masculine se traduit par des matchs de foot et la réflexion féminine par les discussions. »

Les parents reprochent à leurs enfants de trop jouer devant les écrans. Finalement, est-ce si négatif que cela ?
S. T. : « Avant tout, il faut commencer par dire que le temps de jeu n'est pas ce qui pose le plus de problèmes. En matière de jeux vidéo, on peut dire que ce n'est pas le fait de jouer qui est une bonne chose, mais plutôt la manière de jouer. C'est-à-dire en évitant les jeux en solitaire et en privilégiant la collaboration. Le fait de collaborer dans des jeux vidéo apporte les mêmes avantages que dans les jeux de société classiques : favoriser les relations sociales et le travail en groupe. La notion de communauté est très importante chez les joueurs en ligne. Elle a même un rôle essentiel : dans nombre de jeux en réseau, on ne peut réussir que si, et seulement si, on constitue des équipes.
Une fois que ce constat est fait, on peut parfaitement dire que les jeux vidéo sont positifs, on peut même aller plus loin et dire qu'ils sont tout à fait complémentaires avec l'école. De manière générale, le système scolaire s'organise complètement autour de la réussite individuelle, la complémentarité est réelle dans la mesure où beaucoup de jeux vidéo mettent en avant la réussite collective. Au final, il doit quand même y avoir un bon jeu d'équilibre, mais n'oublions pas que réussir dans le système scolaire est essentiel pour se préparer un bon avenir professionnel. »

 

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies