Vie pratique

Beau-parent : un nouveau rôle qui demande du temps

Nous sommes de plus en plus nombreux à vivre, par intermittence ou de façon plus régulière, l’expérience de la famille recomposée. La moitié des parents a connu une séparation, 20% des familles sont recomposées, avec toutes les configurations possibles.

Divorce, veuvage ou séparation : votre compagnon est père et vous êtes la belle-mère. Ou est-ce vous la mère ? Ici, peut-être occupez-vous le siège du beau-père, car vous vous êtes marié à une maman. Il se peut que vous preniez soin des enfants d’un-e autre au gré des gardes alternées, juste pour les vacances ou à temps plein. Il est possible aussi que votre couple ait donné naissance à un ou plusieurs petits frères et sœurs, ou encore que vous soyez dans votre deuxième ou troisième recomposition, rendant le tableau plus riche encore de couleurs. Certains enfants vivent avec vous, alors que leurs quasi-frères et sœurs sont dans l’alternance de l’hébergement...

Vous êtes mariés, cohabitant légal ou de fait : vous partagez la vie d’un parent et vous n’avez pas d’enfant biologique. Les possibilités sont infinies. Dans cet univers multiple et complexe, en périphérie ou trop près parfois de votre couple, demeure présente la figure de l’ex, avec qui l’on gère, négocie, s’entend plus ou moins bien ou pas du tout. Et au milieu de tout cela, les enfants subissent ou  s’accommodent comme ils peuvent d’une situation qui leur est imposée. Ouf !

Ça peut aussi bien se passer 

Au moment de la rencontre, il était surtout question du nouveau couple. Vous étiez des amoureux, des amants, compagnons et compagnes, avant de devenir des beaux-parents. Cette nouvelle situation va faire de vous de véritables fakirs, vous demander souplesse, flexibilité et adaptation de tous les instants. Dans les familles recomposées, gérer les enfants est souvent source de stress et de tensions. Mais il n’y a pas de fatalité : ça peut aussi bien se passer !

Que vous soyez sur le point de vous lancer ou que vous viviez déjà au cœur d’une famille recomposée, chers beaux-parents, cet article propose de vous donner quelques pistes pour entamer ce voyage. Il va falloir oser s’exprimer. Il va falloir apprendre à écouter. Il va falloir se faire confiance. Bon gré mal gré, éviter de rester seuls-es avec ses appréhensions, ses doutes, ses frustrations. Se préparer ou ajuster : pour avancer dans ce dossier, le Ligueur s’est inspiré des Accords Toltèques. Quels que soient vos choix et vos convictions, lectures, grands-parents, psychologues, médiateurs, Tante Annie ou meilleurs amis, il va falloir s’en référer, autant que possible, au bon sens. Avec une seule constante : il va falloir prendre de la hauteur…

À lire aussi

Abonné
Devenir parent quand on est homo, parfois un parcours du combattant, toujours un choix réfléchi

Vie pratique

Devenir parent quand on est homo, parfois un parcours du combattant, toujours un choix réfléchi

Abonné
Frères et sœurs se disputent. On fait quoi ?

Développement de l'enfant

Frères et sœurs se disputent. On fait quoi ?

Abonné
Les petits pas entre l’erreur et le déclic

Développement de l'enfant

Les petits pas entre l’erreur et le déclic

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies