Vie pratique

Du temps pour mon couple

Devenir parents, c’est une belle aventure qui, dans le meilleur des cas, cimente le couple. Mais devenir parents, c’est aussi un grand chamboulement dans une relation qui, auparavant, ne se jouait qu’entre deux personnes. Lorsqu’on rajoute à cela les enfants d’un nouveau partenaire, l’équation se complique encore. Au-delà du couple parental, il faut réussir à préserver un couple conjugal. Et pour cela, trouver du temps où se retrouver entre amoureux. Oui, c’est possible… lisez plutôt !

Pendant la semaine

Lise, un fils, 12 mois : « Je n’y arrive pas ! »

J’aimerais prendre du temps pour mon couple, mais je n’y arrive pas. Depuis la naissance du petit, nous n’avons pas passé une seule soirée en amoureux, ni fait une seule grasse matinée. J’ai dû être hospitalisée peu après la naissance de mon fils et, depuis, je culpabilise. J’ai peur que mon homme se sente abandonné.

Julie, une fille, 18 mois : « Des repas d’amoureux »

Prendre du temps pour notre couple, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Je trouve que ma fille est trop petite pour être confiée à une baby-sitter et je n’ose pas demander à ma famille de la prendre une nuit de temps en temps, car elle se réveille très tôt. Nous aimerions sortir à deux, mais pour l’instant, nous nous contentons de profiter du temps ensemble à la maison. Régulièrement, on met les petits plats dans les grands : on dresse une belle table, on mange des plats qui viennent du traiteur et… on coupe la télé ! Une vraie soirée en tête-à-tête, à discuter et à se reconnecter, cela fait déjà beaucoup de bien.

Luc, deux filles, 7 et 9 ans : « Ne pas parler des enfants ! 

Nous avons la chance, ma femme et moi, de travailler dans le même quartier. Une fois par mois, on prévoit une longue pause de midi et on s’offre un petit resto dans le coin, parfois suivi d’un peu de lèche-vitrine. C’est plus facile à organiser que le soir et cela nous permet de nous retrouver. La seule consigne : ne pas parler des enfants.

Thomas, deux filles, 2 et 16 ans : « Un pas de deux rien qu’à nous deux »

Je me suis séparé de ma première femme lorsque ma fille avait 4 ans. Quelques années plus tard, j’ai refait ma vie et une deuxième petite est venue agrandir la famille. Mais sa naissance a totalement bouleversé notre quotidien. Très vite, nous n’étions plus qu’un couple parental et plus un couple d’amoureux. J’ai été le premier à m’en rendre compte pour l’avoir déjà vécu. Afin de ne pas refaire les mêmes erreurs, ma compagne et moi avons consulté une thérapeute de couple qui nous a aidés à nous recentrer. Depuis quelques mois, nous nous sommes inscrits à un cours de danse afin d’avoir une activité rien qu’à nous. Ma grande de 16 ans se prête volontiers au jeu de la baby-sitter et garde sa sœur une fois par semaine.

Pendant le week-end

Anita, mère et belle-mère, cinq enfants : « Sauvés par les scouts »

Avec quatre enfants à la maison, mon mari et moi passions nos week-ends à jouer les taxis pour conduire les uns et les autres à leurs activités respectives. Cette année, on en a eu marre et on a décidé de tous les inscrire aux scouts. Le dimanche, on les dépose tous les quatre au même endroit, à la même heure, et on a la journée devant nous. À nous, les brunchs en amoureux, les cinémas l’après-midi ou les siestes revigorantes. C’est une vraie liberté retrouvée.

Maëlle, trois filles, de 4 à 7 ans : « La télé, ça aide quand même »

Le dimanche matin, c’est télé autorisée. Maintenant que les filles sont plus grandes, elles descendent seules et regardent des dessins animés. On prépare leur petit déjeuner la veille au soir et grâce à une horloge jour/nuit, elles savent quand il est 9h30 et qu’elles peuvent venir nous réveiller. Ça nous permet de traîner un peu au lit en amoureux et de récupérer quelques heures de sommeil. Même s’il ne faut pas en abuser, la télé est, à certains moments, une bonne alliée pour autant que son contenu soit contrôlé.

Coralie, trois garçons, de 1 à 7 ans : « Trois enfants… à placer »

Nous avons la chance d’avoir pas mal de personnes pour prendre le relais quand nous avons besoin de faire une pause. Entre les grands-parents, les parrains et marraines, les tantes et les oncles… nous trouvons assez facilement de bonnes âmes pour garder nos enfants. Comme ils sont trois, on répartit parfois leur garde sur plusieurs personnes. Car trois en un coup, ça fait beaucoup quand on n’a pas l’habitude !

Sabine, un fils, 7 ans : « Un deal avec les amis »

Nous avons fait un deal avec un couple d’amis qui habite dans le quartier. Une fois par mois, ils prennent notre fils pour la nuit et une fois par mois, nous prenons leur fille. C’est un chouette système, car comme il y a une réciprocité, on ne se sent pas gêné de demander, ni redevable par la suite. En plus, nos enfants s’entendent super bien.

Pendant les vacances

Laurence, une fille, 3 ans : « N’être qu’un couple… »

Lorsque j’étais enceinte, nous nous sommes fait la promesse, mon mari et moi, de continuer à nous offrir chaque année un petit week-end pour notre anniversaire de mariage. Les deux premières années, nous ne sommes partis qu’une seule nuit. La troisième, nous sommes partis trois jours. Et cet été, nous avons prévu un city-trip de cinq jours à Budapest. Les premières heures, notre fille nous manque. Mais, au final, cela fait vraiment du bien de n’être qu’un couple le temps de quelques jours.

Maëlle, deux enfants, 6 et 8 ans : « On n’a jamais arrêté de voyager… »

Mon mari et moi avons toujours été fans de voyages. Avant la naissance des filles, on en a bien profité. Et pas question pour nous de changer nos habitudes après leur naissance. On a donc continué à aller en Italie, dans les îles grecques, en Floride… pour finalement nous rendre compte que la seule chose qui les intéressait, c’était la plage et la piscine. Depuis, on part avec elles en France et on garde une partie de notre budget pour nous offrir, chaque année, un petit voyage rien qu’à nous deux.

François, deux ados, 15 et 17 ans : « Des séjours sur mesure pour les filles »

Depuis trois ans, nous envoyons chaque été nos filles faire une semaine de stage à l’UCPA (ndlr : vacances sportives, séjours et week-ends sportifs). Elles sont ravies de retrouver leurs copines et nous, on en profite pour partir à deux et visiter plein de monuments qu’elles trouveraient ennuyeux à mourir. Tout le monde est content.

→ L’avis du psy

« S’occuper de son couple, c’est aussi laisser de l’espace à l’enfant »

« Une famille unie repose avant tout sur un couple solide. Mais c’est bien connu : devenir père ou mère fait souvent oublier son rôle d'amoureux. Pris dans le tourbillon du travail, des enfants, des amis, des sorties… on oublie vite que rien n’est jamais acquis et qu’un couple qui dure, c’est comme un jardin : il faut s’en occuper régulièrement. Sinon, le risque d’éloignement et de frustration est réel. Une femme m’a un jour confié que son mari et elle étaient devenus ‘des collègues de famille’. Tout roulait dans leur ménage, chacun faisait sa part, il n’y avait jamais de dispute. Mais, ils avaient perdu toute complicité et envie d’être à deux. Ils ne voyaient plus l’autre que comme le père ou la mère des enfants. Quelques mois plus tard, ce couple s’est séparé.
Dès lors, prendre du temps pour son couple est primordial. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on vit dans une famille recomposée et que les enfants qui prennent tant de temps et de place ne sont pas nécessairement les siens. Quoi qu’on en dise, il est toujours possible de trouver un peu de temps rien que pour soi et son partenaire. Souvent, le seul frein, c’est la culpabilité. Et c’est dommage, car au-delà de la pérennité du couple, passer un peu de temps loin de ses enfants est aussi bon pour eux. En effet, un couple qui accorde de l'attention à sa vie amoureuse, c'est aussi un couple qui sait se dégager des préoccupations parentales. Et par la même occasion, qui laisse de l'espace à l'enfant pour s’épanouir auprès d’autres personnes. »

 


G. H.

 

 

Les conseils pratiques du Ligueur

Il est (grand) temps de prendre du temps pour votre couple si :

  • vous n'avez plus de gestes de tendresse, ni de petites attentions l’un envers l’autre ;
  • vous ne profitez pas des moments en tête-à-tête pour « vous retrouver » ;
  • vous ne faites plus d'activités rien qu’à deux ;
  • vous avez l'impression que votre rôle de mère (ou père) a complètement pris le pas sur votre rôle de femme (ou homme) ;
  • votre vie intime est (presque) inexistante ;
  • vous ne prenez plus soin de vous.
Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies