Développement de l'enfant

Homosexualité : votre enfant n’est pas seul(e)

Un enfant homo, vous êtes plusieurs à nous dire que ça ne vous dérange pas. Mais… il y a toujours plein de bêtises qui suivent après ce « mais ». On fait donc un petit tour d’horizon, guidé par des parents ainsi que par la psychologue et psychothérapeute Myriam Monheim.

Une de ces matinées au ciel opaque. Elle l’est d’autant plus que nous sommes au lendemain d'une tuerie qui a fait une cinquantaine de victimes. On se salue là-dessus avec Myriam Monheim qui est désolée, mais rappelle que ce n’est ni la première fois, ni la dernière, que l’on s’en prend à la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT). Est-ce que ce sinistre épisode veut dire pour autant que l’on doit associer l’homosexualité à la persécution, comme le craint Dan, papa d’un ado de 17 ans ?
« Le jour où il m’a fait son coming out, j’ai eu la bêtise de lui dire qu’il allait souffrir. Au-delà de cette maladresse, je voulais dire que je craignais pour lui des actes homophobes qui existent depuis toujours ». Myriam Monheim retouche : « On peut dire ‘J’ai peur que tu ne souffres’. Et aussi éviter d’enfermer son enfant dans une destinée préétablie. Après, sur la question des angoisses, elles sont légitimes. C’est le destin de tous parents. L’homophobie a toujours existé. D'une certaine manière et dans certains milieux, elle se décomplexe ».

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies