Société

« L’enfant n’ira pas bien si le parent ne va pas bien »

Elle participe au Collectif Citoyens Parents de la Ligue des familles d’Ans, qui regroupe plusieurs mères qui réfléchissent à leur place dans la société. Elle travaille comme éducatrice de rue auprès de jeunes, mais également de leur famille. Elle est aussi maman solo d’une fille de 9 ans. Charlotte Haufman est au carrefour de plusieurs vécus parentaux.

C’est une jeune femme masquée, mais qui me sourit avec les yeux qui m’accueille dans les locaux de l’AMO (aide en milieu ouvert) La Boussole, un service du CPAS d’Ans, dans la périphérie liégeoise. Une jeune femme que l’on sent dynamique et dont le T-shirt floqué du mot FREEDOM m’inspire d’emblée une question à laquelle elle ne s’attendait pas : l’importance pour elle de ce mot.
« C’est marrant, rit-elle. J’aimais bien l’aigle ! Mais la liberté, c’est important, surtout en cette période de confinement. Les libertés ne sont pas pareilles pour tout le monde. Pour moi, c’est quand je rentre à la maison, que je suis libre de vivre avec ma fille, d’aller me promener dans la campagne avec mon chien. »

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies