Développement de l'enfant

Parents séparés : il y a l’avant et l’après pour l’enfant

Quand la cellule familiale éclate, pour l’enfant, c’est son monde qui s’écroule. Comment l’aider à faire face à ses émotions, peurs et questions ? Celles-ci peuvent d’ailleurs surprendre. « Maman, qu’est-ce que tu vas faire toute seule sans moi ? », lance Max, 8 ans et demi, qui se tracasse pour les jours où ils ne seront pas ensemble. « Papa m’aime moins que maman », se convainc Sara, 7 ans et demi, parce que, désormais, elle passe moins de temps avec lui qu’avec elle.

Les séparations parentales ne sont jamais anodines pour les enfants qui les vivent. Voici de précieuses balises concernant les plus jeunes qui ne sont plus des bébés et pas encore des ados : elles nous sont données par Mario Alu, psychologue clinicien au service de santé mentale Centre Chapelle-aux-Champs (Woluwe-Saint-Lambert) et au centre de planning familial Bureaux de Quartiers (Schaerbeek).

Lorsque des parents annoncent à leur enfant qu’ils se séparent, est-ce toujours un choc, une souffrance pour lui ?
Mario Alu :
« Oui et non. Dans certains cas, l’enfant anticipe la séparation, il s’y attend : il voit ses parents se disputer sans cesse, faire chambre à part… La séparation peut alors être vécue avec soulagement, parce qu’il ne va plus subir toutes ces disputes et toute cette tension qui étaient très angoissantes pour lui.
L’annonce est un choc quand elle est trop soudaine et trop intense. Quand, du jour au lendemain, l’enfant apprend que ses parents se séparent et qu’il n’y a pas été préparé, quand l’un des deux quitte brusquement la maison familiale, par exemple.
Alors, cela veut dire quoi, préparer l’enfant ? Il est important que, d’abord, les deux parents arrivent à élaborer leur séparation pour eux-mêmes et qu’ils aient, ensuite, un même discours face à l’enfant : ‘On ne s’entend plus, on se dispute trop, on ne s’aime plus’. Il s’agit d’introduire déjà l’idée que l’amour entre un homme et une femme est différent de l’amour entre un parent et son enfant. L’amour entre un homme et une femme peut naître, grandir, donner naissance à une famille, puis, un jour, disparaître… Il est essentiel de rassurer l’enfant sur le fait que la séparation conjugale ne va en rien changer l’amour que chacun des deux parents a pour lui, et qu’il pourra continuer à les aimer, l’un et l’autre, comme il le faisait avant.
Tout cela va aider l’enfant à traverser l’épreuve de la séparation : dans la majorité des cas, c’est une épreuve, si on part de l’hypothèse que, dans l’inconscient de l’enfant, le couple est inséparable. Aussi est-il toujours dans l’idéal d’une famille unie, dans l’idéal du temps d’avant. Donc, il va devoir se séparer de cet idéal, faire le deuil de ses parents en couple et, finalement, intégrer que le couple de ses parents est devenu deux entités séparées. Cela prend du temps : des mois, voire des années… »

La séparation parentale est donc une épreuve à traverser pour l’enfant…
M. A. : « Oui, c’est une épreuve de se détacher de tout ce que la famille procurait jusque-là, affectivement, matériellement… Par la force des choses, l’enfant doit y renoncer et se construire une nouvelle façon de vivre au quotidien, avec de nouveaux repères : deux familles, deux maisons, des valises à faire et à défaire… Et cela peut s’accompagner de tristesse comme d’une forme de soulagement. »

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies