Développement de l'enfant

Signer avec bébé

Ils ne savent pas encore parler, mais ce n’est pas pour autant qu’ils ne peuvent pas comprendre et s’exprimer… avec les mains. À partir de 6 mois, les bébés sont capables de faire part de leurs besoins ou observations grâce à certains signes basiques. Un moyen de faciliter la communication et de renforcer les liens entre papa, maman et bébé.

Une petite main au-dessus de sa tête qui serre et desserre le poing. Apolline répond à son grand-père qui est venu lui faire un petit coucou. Il a demandé où était papa. Avec ce signe, la Bruxelloise de 18 mois lui répond : il est sous la douche. « Son grand-père était sidéré, raconte Perrine, la maman d’Apolline. Non seulement il ne s’attendait pas à ce que la petite comprenne la question, mais il s’attendait encore moins à ce qu’elle lui réponde ».
Ces moments savoureux, Perrine en a quelques-uns en souvenir. Elle ne regrette pas d’avoir utilisé la langue des signes avec ses trois enfants. Ils ne sont pourtant ni sourds ni muets. « C’est lors d’un de mes cours sur la langue des signes dans le cadre de mes études de logopédie qu’un professeur nous avait dit d’essayer si on avait des enfants un jour. J’avais gardé l’info dans un petit coin de ma tête. Puis, à la naissance d’Apolline, j’ai reçu un livre sur le sujet. Je l’ai ressorti neuf mois plus tard, à la naissance de Siméon, mon deuxième ».
Les signes pour bébé, c’est cet outil qui permet aux enfants de communiquer avant de pouvoir parler. Vers 9 mois, le processus d’acquisition du langage est en route et le bébé saisit de mieux en mieux le sens des mots. Il les reconnaît déjà même s’il ne sait pas encore les prononcer lui-même. C’est là que les signes peuvent s’avérer utiles. Si la parole est accompagnée de gestes, cela aide à cette acquisition. « Les bébés peuvent faire part de leurs besoins, de leurs observations aussi », explique Marie Fournier.
Cette thérapeute psycho-corporelle s’est spécialisée dans la communication gestuelle pour bébé ou plutôt le « bébé signe ». Elle vient de créer le réseau Bébé signe Belgique pour mettre en commun les compétences et les outils des formateurs et formatrices en langue des signes pour bébé. Concrètement, « les signes sont basés sur la langue des signes de Belgique, mais adaptés à la psychomotricité des bébés », détaille-t-elle.
À 18 mois, Apolline comprenait trente mots et en utilisait quinze. Des mots très concrets pour exprimer ses besoins comme lange, manger, dormir. Ou pour décrire ce qu’elle voit : avion ou oiseau. Mais aussi des mots pour décrire des choses plus abstraites comme bêtises ou peur.
« Elle utilisait assez facilement le mot peur et elle le répétait quand il s’agissait d’appuyer son émotion », explique la maman. Cela a créé des situations plutôt cocasses. Comme ce jour où sa tante est arrivée dans la pièce, qu’elle lui a dit bonjour et qu’Apolline a répété le signe ‘peur’ », explique Perrine en souriant.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies