Développement de l'enfant

Vous et les puéricultrices : des partenaires privilégiés

L'ENFANT PAS À PAS

À 7 mois, les bébés ont normalement pris leurs marques dans leur lieu d’accueil. Dans leurs temps d’éveil en dehors des soins, ils sont parfois sur le dos sur le tapis de sol, avec des jouets à portée de mains. Beaucoup se retournent, du ventre sur le dos, puis l’inverse, certains pivotent sur leur axe et « font l’horloge ».

Ces déplacements sont encore malhabiles et sans objectifs clairs. Mais pour hasardeux qu’ils sont, ils opèrent néanmoins d’intéressants rapprochements : avec un petit voisin de tapis, animé de mouvements, de sons plus ou moins harmonieux, de regards qu’on peut peut-être accrocher… Les interactions sont la plupart du temps encore très furtives, mais s’il est disponible pour observer, un petit pourrait exprimer par sa mimique curiosité, méfiance, surprise, contentement ou indifférence au contact de cet élément nouveau de son environnement. Toute première étape du long processus de socialisation.
Les bébés ne sont pas les seuls à vivre cette expérience de la crèche : vous, leurs parents, l’avez découverte en même temps qu’eux, à une autre place… Vous aussi avez pris vos marques, avez inscrit cette double halte dans votre quotidien chargé. Vous côtoyez cet univers spécifique, pour y confier ce que vous avez de plus précieux. Vous y rencontrez les professionnel(le)s mais vous y croisez et saluez aussi les autres familles. Vous vous surprenez vous-mêmes, de votre sensibilité (susceptibilité ?) aux petites réflexions, aux petites comparaisons, aux affinités qui vous font préférer une puéricultrice plutôt qu’une autre, et sûrement pas celle qui a donné le doudou de votre enfant à un autre petit ! Votre bébé passe du temps avec elles, beaucoup de temps parfois, des journées qui paraissent longues, des semaines qui paraissent longues… Certains parents peuvent éprouver leur ambivalence par rapport à cette idée : s’adonner à une activité professionnelle et, pour cela, faire « garder » son bébé par des personnes pour qui il est un enfant « ordinaire » parmi les autres. Ordinaire ! Voilà bien l’adjectif qui ne vous viendrait jamais à l’esprit pour qualifier votre enfant !
À la crèche, il est donc un petit membre du groupe parmi les autres, mais celles qui s’occupent de lui le connaissent bien. Et quand les échanges du matin ou du soir peuvent se prolonger au-delà des informations strictement pratiques, confronter les observations entre la maison et la crèche peut devenir un exercice plein d’étonnement et de plaisir. Quand il est fin et bienveillant, le regard des puéricultrices sur votre enfant, peut-être le premier regard « étranger » mais éclairé, peut vous donner une lecture touchante de lui en votre absence. Et créer une continuité entre ses deux milieux, qui fait de vous et des puéricultrices des partenaires pour l’aider à grandir.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies