Santé et bien-être

12-15 ans et + : la nuit porte conseil, pas Snapchat

Un ado doit dormir. On le sait. Mais entre les discours très théoriques et la dure réalité pratique, le fossé est profond. Alors, comment guider les parents ?

La réponse de l’experte

Peut-être en les aidant à mieux comprendre l’épineuse équation ado/sommeil, qui est d’abord physiologique. Si les phases sont les mêmes que pour les 3-11 ans, le rythme, lui, change à l’adolescence. La pression du sommeil est beaucoup plus lente. Votre ado ne bâille pas, se sent en pleine forme et n’a pas les yeux qui piquent. L’horloge circadienne (ndlr : le rythme biologique sur une durée de 24 heures environ) s’allonge. La sécrétion de la mélatonine - l’hormone qui fait dormir - se fait de plus en plus tard. Résultat : vos grands enfants, eux aussi, ont envie de dormir de plus en plus tard.
À cela, s’ajoute une dimension psychologique. À cet âge, on a envie de plein de choses. Nos grands se sentent prêts à refaire le monde à toute heure du jour et de la nuit, à bosser tard aussi parfois, peut-être même à faire du sport dans la soirée. Du coup, ils sont en décalage horaire et repoussent l’heure du coucher. Tout se dérègle petit à petit. Ils se réveillent vers 13-14h le week-end. Tout se retrouve chamboulé. Les repas, les activités, les interactions avec le reste de la famille. Vous voilà donc en plein cercle non vertueux.

Que faire ?

  • Le parent doit réguler. Le seul rôle à tenir dans cette affaire, c’est celui de cadrer. C’est important quand on sait que les ados manquent de sommeil. Comme on l’a dit précédemment, un ado doit dormir entre neuf et dix heures par nuit. Or, ils dorment en moyenne sept heures par nuit et neuf heures le week-end. Il faut réussir à leur faire comprendre que cette irrégularité ne les aide pas à aller bien.
  • Il existe tout un ensemble de petites choses à mettre en place. Faire ses devoirs en rentrant tout de suite de l’école pour ne pas les étaler tard le soir. À partir de 22h, s’il ne dort toujours pas, essayez (au moins pour les 12-14 ans qui vous écoutent peut-être encore !) de mettre en place des activités calmes. Une musique douce, un peu de lecture. Vous pouvez réduire l’intensité lumineuse de sa chambre également.
  • Et puis, là encore, même si vous procédez différemment d’avec les petits, mettre en place des rites. On peut papoter, se raconter la journée autour d’une petite verveine. En un mot, au parent de trouver plein de petits trucs pour que le jeune se couche apaisé.

Y a-t-il un lien de cause à effet entre certains régimes alimentaires et le dodo ?

La réponse de l’experte

Une chose est sûre, il y a lien indéniable entre le sommeil et l’alimentation. Le manque de sommeil, par exemple, stimule l’appétit. Un énorme repas, juste avant de se coucher, ne va pas aider un individu, quel que soit son âge, à bien dormir. Mais, selon moi, ça s’arrête là. Bien sûr, un bon équilibre alimentaire et un sommeil régulier sont les atouts gagnants pour la santé de nos ados.

À éviter ?

  • Tout ce qui est boisson caféinée, type coca, café, ice tea, etc. Et, pire encore, tout ce qui est boisson énergisante dont raffolent les ados. Elles contribuent à la diminution de l’endormissement et du sommeil profond. Ces boissons ont une très longue durée d’action donc on n’en prend plus dès 14h. Pareil pour les aliments trop riches en sucres.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies