Crèche et école

Adieu la crèche, je t’aimais bien

On parle beaucoup du terrible passage en maternelle, de cette grande traversée, moins de ce qu’on laisse derrière soi. La crèche, les puéricultrices, cet environnement si aimant et rassurant. Pourquoi et comment bien se dire au revoir et ritualiser ce départ ?

Vous saviez depuis l’embarquement qu’à un moment, il faudrait que votre enfant passe de l’autre côté du rivage. Voguer dans le monde des plus grand·es. Quitter ce navire dans lequel votre bébé a embarqué parfois très jeune. Vous avez beau avoir préparé votre enfant et vous y être préparé·e vous aussi, il n’empêche que c’est souvent un déchirement.
Avant de voir ce que les parents en pensent, voyons ce qu’en dit l’équipage des puéricultrices/puériculteurs. Amélie, directrice d’un établissement de la capitale, explique : « Ça fait plus de vingt ans que je dirige cette crèche. À chaque enfant qui part, nous ressentons une forme de tristesse. Que les parents comprennent qu’on passe nos journées entières avec leurs bébés. On les voit grandir, évoluer, interagir avec les copains/copines. Vous remarquerez d’ailleurs que lorsque les puéricultrices re-croisent les enfants dans la rue, généralement elles se souviennent de leur prénom et conservent toujours une sorte de nostalgie. Là où, de leur côté, les enfants nous ont complètement oublié·es ! ».
Alors, l’importance de bien se dire au revoir dans tout ça ?

Ritualiser pour bien accompagner

Pour Annie Vanderen, psychologue de la petite enfance, cette ritualisation est évidemment hyper importante. Elle déplore d’ailleurs que beaucoup d’enfants en aient été privés pendant la période du confinement.
« Je ne sais pas si ça a été étudié, mais ce serait intéressant de voir quelle différence il y a dans la construction psychique entre des enfants qui font des petits goûters d’adieux et ceux qui sont passés comme ça de but en blanc à la grande école. À cet âge, tout est ritualisé : les au revoir à papa/maman, les retrouvailles avec les puéricultrices, les jeux, la gym, les repas, les siestes… S’il est essentiel de marquer les étapes de la journée parce que ça les rassure, ça les guide, imaginez à quel point un évènement aussi important que le passage en maternelle, mais pas seulement, la fin de la crèche, les adieux aux copains/copines, à la ou aux puéricultrices avec qui on a noué une relation privilégiée est important. On passe d’une étape à une autre. Plus c’est accompagné, plus ce sera facile pour eux et pour les parents. » Très bonne nouvelle. Mais alors comment marquer le coup ?

« On passe d’une étape à une autre. Plus c’est accompagné, plus ce sera facile » Annie Vanderen, psychologue

Bien se dire au revoir

Allons voir du côté des parents pour cela. Ici, Eva, maman de Flora qui a quitté sa crèche il y a quelques petites semaines, a mis le paquet. « Cette crèche, ça a été un détonateur pour nous. Mon mari est Italien, je suis Suisse. On ne connaissait personne en arrivant en Belgique. Très vite, ce lieu est devenu notre deuxième famille. Ça a été très dur pour Flora de dire au revoir. On ne l’a jamais sentie aussi triste. Alors on a organisé un petit goûter le dernier vendredi après-midi. Avec des ballons, des gâteaux, de la musique. J’ai pris plein de polaroïds que j’ai distribués à tout le monde, j’en ai gardé certains. Ils sont aujourd’hui dans la chambre de Flora. On a aussi un groupe WhatsApp avec les parents des deux, trois bons petits potes et on s’organise des jeux au parc ou on se fait des sorties. Bref, on accompagne la transition en douceur ».
Pour Brigitte, puéricultrice depuis plus de trente ans et maman de quatre enfants, impossible de dire au revoir à « ses bébés », sans célébration. Pour elle, c’est à travers les mots et les images que ça passe. Elle demande aux familles de remplir un cahier, une sorte de carnet de bord.
« Chaque famille a droit à une double page. Pas plus. Elle occupe l’espace comme elle veut. Dessins, collages, photos, poèmes, mots chaleureux… tout est permis. Le plus important, c’est que les enfants voient que les copains et les copines avant eux sont passés par là. Qu’après eux, c’est au tour des autres. On leur dit : ‘Là, c’est ton tour à toi, tu grandis. Avec ce livre, on ne t’oubliera jamais et on continuera de penser à toi. À chaque départ, on se replonge dans les souvenirs, c’est génial. Ça assure la continuité, c’est précieux. »
Parfait. Vous voilà paré·es pour la grande traversée. Une autre aventure… où tout se passera à merveille.

ACTU

À ne pas oublier

  • Depuis ce 1er janvier 2023, la facture de la crèche a diminué pour les parents solos et pour les personnes bénéficiant de l’intervention majorée. Le cabinet de la ministre de la Petite enfance, Bénédicte Linard, a annoncé une baisse de 30%. Voilà qui devrait soulager pas mal de parents.
  • Pour votre déclaration des revenus 2022, l’attestation 281.86, un nouveau modèle pour les frais de garde (incluant les crèches, les stages, les garderies extrascolaires, etc.), est obligatoire pour déduire les frais de garde comptabilisés pour les enfants. Pensez-y.

À LIRE AUSSI DANS LE LIGUEUR

Il fait bon grandir au contact du dehors

Crèche et école

Il fait bon grandir au contact du dehors

Abonné
Ce qui change dans les crèches en 2023

Crèche et école

Ce qui change dans les crèches en 2023

Des frais de chauffage réclamés par l’école ? C’est illégal

Crèche et école

Des frais de chauffage réclamés par l’école ? C’est illégal

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies