Loisirs et culture

Chats, c’est bien

Les chats sont partout, y compris dans les albums jeunesse au point qu’ils raviraient bien la place d’autres bêtes comme meilleur ami de l’homme…

Il y a chat et chat. On se demande comment auteurs et autrices parviennent à renouveler leurs approches du gentil félin. En voici cinq exemples.

 

ET AUSSI...

Nous avons aimé…

  • Fermez la porte ! Délirant et astucieux. À partir d’une simple expression « Fermez la porte ! » et d’un jeu inattendu sur le livre-objet, l’auteur nous propose un récit hilarant. Nous sommes à la Brasserie Bouledogue, avec deux chiens aux bouilles désopilantes. L’un tente de lire son journal Niche Matin, l’autre surfe sur son ordi. S’ensuit une série d’événements intempestifs, dont l’irruption d’une galerie de personnages très expressifs. Dans un style old british, Koen Van Biesen campe magnifiquement des situations bourrées d’humour. Prix Lu et Partagé 2024 de l’album surréaliste.
    Fermez la porte !, de Koen Van Biesen (Obriart). 3 ans et plus.
  • Fjord. Diplômé de philosophie et de langues orientales, Willy Wanggen est un auteur-illustrateur autodidacte. Fjord est son premier album et une très belle réussite. Il s’est inspiré d’une conception chinoise ancienne selon laquelle l’écriture viendrait des signes laissés par la nature, comme les empreintes d’oiseaux. Un « catmarin » accompagné d’une mouette, d’un cormoran et d’un guillemot nous invite dans un fjord comme dans un grand livre ouvert. À nous de repérer tous les signes du paysage dans ce livre merveilleux. Cette ode originale et poétique à la culture et à la nature est portée par une esthétique raffinée à base de collages de papiers texturés et de beaux équilibres chromatiques. Prix Lu et Partagé 2024 de la première œuvre.
    Fjord, de Willy Wanggen (HongFei). Dès 4 ans.
  • Stella. Sibylle Delacroix nous avait impressionnés avec son album Ma grande, sur la difficulté de trouver sa place. Elle nous revient comme illustratrice de Stella, qu’est-ce qu’on va faire de toi ?, sur une thématique semblable. On connaît cette question assez fréquente qui peut devenir écrasante pour un enfant. Mais Stella sait ce qu’elle veut. Même si les adultes projettent leur rêve sur elle, elle ne se laisse pas démonter. Vêtue de jaune, comme une future étoile, elle se détache de scènes familiales variées crayonnées en gris.
    Stella, qu’est-ce qu’on va faire de toi ?, de Christine Naumann-Villemin et Sibylle Delacroix (Mijade). Dès 4 ans.
  • Chienne de guerreChienne de guerre est le troisième titre de la collection Combats consacrée à des courts romans engagés, pour 9 ans et plus. Ont précédé Mille arbres de Caroline Lamarche, illustré par Aurélia Deschamps, et Bulldozer d'Aliénor Debrocq et Evelyne Mary. Cette fois, la romancière belge Nathalie Skowronek nous place dans le sillage de Maksim, photographe de guerre ukrainien à la recherche de « l’instant décisif ». On dit qu’un photographe mitraille, mais son but est différent. C’est un point de vue peu commun que propose l’autrice sur ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. S’y ajoute le regard d’une chienne recueillie par le narrateur. Une relation forte se noue entre eux. Et Maksim espère : « Chaque photographe ukrainien rêve de prendre la photo qui arrêtera la guerre ». Les illustrations se déploient dans une gamme de bleus agrémentée de jaune, les couleurs de l’Ukraine. Un petit dossier sur la photographie de guerre ferme le livre. Cette fiction est un hommage à Max Levin, un reporter de guerre ukrainien tué en mars 2022…
    Chienne de guerre, de Nathalie Skowronek et Aurélie Wilmet (CotCotCot éditions). 9 ans et plus.

À ÉCOUTER

La Sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Écrivain, journaliste et conteur parisien, Pierre Gripari est né d'un père originaire de Mykonos (Grèce) et d’une mère coiffeuse et médium. Il se définissait lui-même comme « un martien observant le monde avec une curiosité amusée, étranger au monde terrestre ». 
Dans Les contes de la rue Broca, il invente un univers mêlant réalité et magie et revisite avec malice et inventivité les histoires de sorcières, de fées et de lutins en leur insufflant des traits de personnalité surprenants. Son style narratif est empreint de fantaisie et d’humour et captive les lecteurs/lectrices et les auditeurs/auditrices) dès les premières lignes. Laissant la porte ouverte à son imagination débordante, il nous invite à plonger dans un monde dans lequel il brise les attentes en présentant des situations inattendues et des rebondissements surprenants, ce qui renforce le charme et l’originalité de son récit.
Au-delà des histoires, ce qui est particulièrement délectable et agréable à écouter, c’est le timbre, le ton malicieux et le phrasé particulier du conteur ainsi que ses expressions délicieusement désuètes.
La Sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca, texte : Pierre Gripari, illustrations : Puig Rosado (Gallimard Jeunesse, 2007).

Igor Karagozian / PointCulture

À LIRE AUSSI

Le sais-tu maman ?, de Mylen Vigneault et Maud Roegiers (Alice)

Loisirs et culture

Le sais-tu maman ?, de Mylen Vigneault et Maud Roegiers (Alice)

Titiou Lecoq : « Lâchez-vous le slip, les parents »

Vie pratique

Titiou Lecoq : « Lâchez-vous le slip, les parents »

Cultivons l’empathie

Loisirs et culture

Cultivons l’empathie

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies