Société

Carte blanche: "L'école dite 'inclusive' continue d'exclure des élèves à besoins spécifiques"

Pour l'association Eqla (*), Nathalie Tilkens

Pour l’entendre presque tous les jours, vous êtes comme moi familiarisés avec le mot « inclusion ». Plus engageante que l’« intégration », l’« inclusion » soutient que la société doit s’adapter à chaque handicap. Et non l’inverse. Il en va de même pour l’enseignement. Qu’est-ce que l’école inclusive ? C’est une école sans « exclus » qui repose sur le principe que tous les enfants, quel que soit leur handicap, ont le droit d’accéder à un enseignement de qualité au sein du même établissement.

Préoccupés – et peut-être effrayés – par l’état de notre enseignement, les pouvoirs publics ont lancé, en 2015, un vaste travail collectif : le Pacte pour un Enseignement d’excellence. Ambitieux, ce projet instaure un tronc commun, réforme les rythmes scolaires et l’enseignement qualifiant, prévoit un plan de pilotage des écoles et crée des pôles territoriaux. Pôles dont la mission phare est de rendre l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles (FW-B) plus inclusif, en apportant aux écoles ordinaires l’expérience issue de l’enseignement spécialisé et en les soutenant dans la mise en place des aménagements raisonnables.

On mesure l’ampleur de l’opération et on ne peut qu’espérer le succès de cette réforme dite systémique. Mais dans les faits, l’école dite « inclusive » continue d’exclure des élèves à besoins spécifiques. Faute de financements.

Entre des parents qui espèrent depuis des mois une aide pour que leur enfant en situation de handicap visuel soit scolarisé et d’autres qui sont épuisés par des appels quasi hebdomadaires de l’école « parce qu’il serait préférable qu’ils gardent leur enfant à la maison », ou d’autres encore qui, comme les parents du petit Mathys, 6 ans, non-voyant, ont essuyé 5 refus d’inscription dans la même région sous prétexte qu’« un enfant déficient visuel n’a pas sa place dans une école ordinaire », c’est tout un projet de société – et l’avenir de centaines d’enfants – qui est mis à mal en ce moment.

"Ce travail, c’est un devoir d’accessibilité. »

Pas d’école inclusive sans aide à la transcription

Depuis plus de 37 ans, notre association accompagne, chaque année, une centaine d’enfants déficients visuels dans l’enseignement ordinaire francophone. Au fil des années, nos équipes ont gagné la confiance de dizaines d’établissements scolaires. Car notre accompagnement – qui se veut global –, ne place pas seulement l’enfant déficient visuel au cœur de l’enseignement ordinaire, mais œuvre à rendre l’école réellement inclusive, en sensibilisant les autres élèves au handicap visuel, en épaulant les directions dans leurs choix d’aménagements raisonnables et en délestant les enseignants d’un travail auquel ni eux ni les Pôles territoriaux ne sont formés.

Ce travail, c’est un « devoir d’accessibilité ». Il consiste à adapter les cours en grands caractères (pour les élèves malvoyants), à les transcrire en braille (pour les élèves non- et malvoyants) et à rendre toutes les matières visuelles (schémas, plans, illustrations) compréhensibles à un élève qui n’a pas ou presque plus le sens de la vue.

Ce travail d’adaptation et de transcription, c’est la condition sine qua non pour qu’un élève avec une déficience visuelle puisse, lui aussi, avoir accès aux mêmes lectures, manuels scolaires et enseignements écrits ou illustrés que les autres élèves de sa classe.

Getty

Une expertise indispensable, mais sous-financée

Chez Eqla, chaque transcripteur adapte entre 50 et 120 pages par jour, 2.500 pages par mois et 30.000 par an. C’est un travail de titan qui n’est possible qu’avec une certaine expertise. Et cette expertise, nous ne sommes plus que deux associations à l’avoir en Belgique francophone : l’asbl La Lumière à Liège, et l’asbl Eqla en Région wallonne et en Région de Bruxelles-Capitale. Autant dire qu’il s’agit d’un savoir-faire indispensable, mais rare. Et littéralement sous-financé.

Car si les adaptations et les transcriptions restent subsidiées à hauteur de 1.800 euros par élève en Région wallonne et plafonnées à 4.000 euros en Région bruxelloise, ces aides s’avèrent insuffisantes au vu des besoins d’accessibilité des élèves que nous accompagnons. Une intervention de 1.800 euros par élève correspond à 32 heures de transcription. Soit le temps qu’il faut pour adapter 1 livre scolaire en braille ou en grands caractères. Or, des livres, nous en adaptons 7 à 10 par élève déficient visuel. Résultat : 70 % des frais réels sont supportés par notre secteur associatif, sur fonds propres. Ce qui met en péril non seulement les chances de réussite des élèves aveugles et malvoyants, mais désormais la survie de nos associations.

"L’enseignement ordinaire est de plus en plus frileux à accepter des enfants avec une déficience visuelle."

Risque d’une génération sacrifiée

Mal outillés, les Pôles territoriaux ne prévoient pas de prendre en charge l’adaptation et la transcription des cours en braille ou en grands caractères. Suffisamment sous pression, les enseignants n’en ont ni le temps ni les moyens. Or, depuis que les Pôles se sont mis en place, notre association doit faire face à un doublement, voire un triplement de demandes d’adaptations que nous ne pouvons plus assumer. Résultat : l’enseignement ordinaire est de plus en plus frileux à accepter des enfants avec une déficience visuelle, tandis que la charge de travail d’associations comme Eqla s’alourdit.

L’inclusion d’un jeune, c’est un service global qui ne s’arrête pas aux aménagements raisonnables. Sans l’aide personnalisée, il est pratiquement impossible d’accueillir sur le long terme des enfants présentant une déficience visuelle. Le risque, c’est qu’avec le désengagement actuel des Pôles, on crée une génération d’élèves déficients visuels qui ne puissent plus accéder à un accompagnement de qualité dans l’enseignement ordinaire. En d’autres termes : une génération sacrifiée. À cela s’ajoute un autre risque, invisible et non moins douloureux : c’est que sans un financement supplémentaire de notre service d’accompagnement, de transcription et d’adaptation, une expertise unique se perde en Belgique laissant, au passage, 20 personnes sans emploi.

Plus que jamais, l’avenir de l’école inclusive et, par là même, l’avenir de jeunes aveugles et malvoyants scolarisés, formés, capables de vivre en autonomie et de faire société, est entre les mains de nos décideurs politiques.

Pourrons-nous compter sur leur soutien ?

À lire aussi

Baromètre 2024 : les parents en apnée

Société

Baromètre 2024 : les parents en apnée

Handicap : une nouvelle plateforme au service des parents

Société

Handicap : une nouvelle plateforme au service des parents

Un plouf loin d’être une goutte d’eau

Vie pratique

Un plouf loin d’être une goutte d’eau

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies