Loisirs et culture

Un peintre, de la page au grand écran

Cette semaine, Lire, ça m’dit salue un album et un film documentaire qui braquent les projecteurs sur le peintre Ricardo Cavallo. D’une part, L’Enfant, le peintre et la mer, de François Place (Pastel/L’école des loisirs) ; d’autre part, Ricardo et la peinture, du réalisateur Barbet Schroeder.

L’album L’Enfant, le peintre et la mer, de François Place (Pastel/L’école des loisirs) est un livre hommage de l’auteur à Ricardo Cavallo qui lui a inspiré cette histoire, mais aussi à son père artiste Jacques Place qui lui a appris ainsi qu’à ses frères et sœurs à regarder. C’est donc une histoire de transmission qui est au cœur de cet album, une transmission esthétique mais aussi une transmission de notre relation au monde. Ce genre de transmissions qui donnent tout son sens à la relation parent-enfant. Cette histoire commence précisément avec un garçon et son père qui partent pêcher ensemble en bord de mer…

"L'enfant, le peintre et la mer" de François Place
Pastel

Transmission

Et c’est là que le narrateur croise un peintre, Ricardo, dont il découvre l’étrange manière de peindre, selon la technique du damier, soit un assemblage de panneaux carrés qui lui permettent de réaliser de grands tableaux, y compris en plein air. Une manière d’appréhender le réel, de regarder, qui intrigue l’enfant. Entre les parents et les enfants, il est aussi beaucoup question d’apprentissage. Ce que l’on retrouve ici lorsque le peintre invite notre héros dans son atelier où il donne des cours de peinture.

Cette fois, c’est la maman qui accompagne son fils et s’inscrit, elle aussi, pour accomplir un désir jamais abouti. Cette école a réellement été ouverte par Ricardo Cavallo dans le village français de Saint-Jean-du-Doigt. Animée par des personnes amies du peintre, elle est ouverte à tous et gratuite. C’est un lieu vivant et joyeux où notre personnage peut farfouiller dans la bibliothèque, découvrir les multiples tendances picturales, voir divers objets de mille façons différentes. Il y rencontre également Lisa car que serait l’art sans l’amour ?

"L'enfant, le peintre et la mer" de François Place
Pastel

Un voyage pictural

S’immergeant de plus en plus dans ce monde pictural, l’apprenti-peintre découvre également que son père et sa mère ont deux conceptions du monde radicalement différentes, l’une plus prosaïque, l’autre plus poétique, les deux se valant bien entendu, même si la mère précise : « Tu sais, sans les artistes, je crois qu’on perdrait quelque chose de la beauté du monde ». Grand voyageur, auteur et/ou illustrateur d’une centaine de livres, multi-primé par des récompenses prestigieuses, François Place qui dessine depuis qu’il est enfant (https://www.francois-place.fr/ ) propose ici l’album qui lui est probablement le plus personnel.

Réalistes au démarrage de l’album, ses peintures à l’aquarelle intègrent progressivement des références à d’autres peintres. Peu à peu, c’est à un voyage dans la vision créatrice de Carvallo mais aussi dans l’histoire de la peinture que nous sommes conviés. Un voyage aux frontières infinies (à partir de 6 ans).

AU CINÉMA

Ricardo et la peinture

Simultanément, sort Ricardo et la peinture, un documentaire sur le peintre Ricardo Carvallo, réalisé par Barbet Schroeder. Celui-ci a été présenté récemment au Brussels Arts Film Festival à la Cinematek de Bruxelles https://baffestival.be/fr/portfolio-item/ricardo-et-la-peinture/.

Ce film est un magnifique prolongement de l’album de François Place. N’hésitez pas à être attentifs à ses prochaines diffusions en télé ou dans les salles. Barbet Schroeder, cinéaste hollywoodien, nous met en présence de cet artiste majeur, qui est né et a grandi en Argentine, s’est expatrié à Paris où il a achevé sa formation puis dans le Finistère où il a trouvé le lieu idéal pour s’exprimer. Car sa peinture naît d’abord en plein air, sur les plages, là où il perçoit au mieux la lumière, l’air, le soleil, le souffle de la nature, au rythme des marées. On le voit aussi au travail dans son atelier où, année après année, il a peaufiné sa technique du damier, assemblage de panneaux peints pour élaborer des peintures de belle taille, de vrais kaléidoscopes. Un portrait inspirant qui peut donner des idées et susciter des vocations.

À LIRE AUSSI

Le livre jeunesse, arme anti info-anxiété ?

Vie pratique

Le livre jeunesse, arme anti info-anxiété ?

Dans la famille « dysfonctionnelle », je demande…

Vie pratique

Dans la famille « dysfonctionnelle », je demande…

Le coin lecture : quand les livres parlent... de livres

Loisirs et culture

Le coin lecture : quand les livres parlent... de livres

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies