Vie pratique

Inondations : perdre son chez-soi quand on n’a pas le choix

Certaines familles ne choisissent pas de déménager, elles y sont forcées. Depuis les inondations, celles de Sophie et Romain, de Mélodie et Luigi doivent vivre dans un habitat d’appoint. Comment se sentent-elles sous ce nouveau toit, qu’est-ce qui leur manque de l’ancien ?

C’était un mercredi de septembre par un temps estival. Sophie et Romain, parents liégeois du petit Oscar, 8 mois, viennent nous chercher à la gare pour nous emmener dans leur ex « chez eux », à Vaux-sous-Chèvremont.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies