Développement de l'enfant

Ma (grande) fille veut dormir chez son copain

Il y a eu le premier soutif, les premières règles, les sorties avec les copines et puis LA question arrive un jour. Votre fille vous demande, la bouche en cœur, si elle peut rester dormir chez un copain. Derrière votre cool attitude pointe une inquiétude : et si ma fille se dénude ? Dois-je lui parler de sexe en prélude ?

Pour certains parents, il n’y a pas de tabou et on parle de tout à la maison. Même de sexe. Et si des jeunes veulent dormir ensemble, pourquoi pas ? Véronique, maman de deux adolescents, raconte : « Comme on habite dans un endroit reculé, on préfère que les copains viennent dormir chez nous. On met des matelas par terre et ils regardent des films toute la soirée. On sait où ils sont et on est tranquille ». Sa fille, Ysaline renchérit : « Oui, chez nous, les copains peuvent rester dormir, y a pas de problème. Mais de toute façon, à 16 ans, même si deux amoureux dorment côte à côte, ils restent en pyjama, hein ! » (Ndlr : Ah bon ?).
D’autres parents, plus protecteurs peut-être, refusent ces amitiés nocturnes. « Nos filles ont 15 ans et on n’accepte pas qu’elles ramènent un copain à la maison. Ni qu’elles aillent dormir chez un jeune. C’est trop tôt pour découvrir la sexualité. Si les enfants veulent faire des choses, ils s’organisent entre eux. Mais permettre ça sous notre toit, c’est un peu cautionner leurs relations et on ne veut pas », expliquent Valérie et Patrick, parents de jumelles.
Pour d’autres, leur fille peut découcher, mais sous certaines conditions. « Le jour où ma fille me demandera si elle peut aller dormir chez un copain, j’aimerais rencontrer les parents avant, même si ça fait un peu vieux jeu. Je voudrais savoir s’ils ont parlé à leur fils du préservatif et tout ça… Et ma réponse dépendra des personnes chez qui elle va, si j’ai confiance en eux ou pas », confie Dina, maman d’une adolescente de 12 ans.
Et puis, il y a la catégorie des parents « cool » - naïfs diront certains - qui choisissent simplement de faire confiance à leur grande fille. Sylvie, maman de Laure, 16 ans, accepte que sa fille dorme chez un copain, mais « uniquement s’ils sont plusieurs, c’est la règle. D’ailleurs elle m’a dit que son pote était homosexuel, donc je ne me tracasse pas trop. »

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies