Développement de l'enfant

Mais… tes potes pourraient au moins dire bonjour ?

Les années passent, les défilés d’ami·e·s ne s’estompent pas. Pas facile de savoir à qui on a affaire. Entre Killian et ses airs de méchant ou Suzanne qui semble trois fois plus âgée que notre adorable progéniture, on a un peu de mal. Comment s’y retrouver ? Voyons voir.

Dans les petites classes à l’aube du secondaire, on parvenait encore à établir des ramifications. Mais depuis peu, on ne suit plus rien. Et le salon est devenu le terrain de tout un tas d’inconnu·e·s, dont certain·e·s paraissent même franchement belliqueux/belliqueuses. Ils/elles rendent même Laurent, papa d’un garçon de 16 ans et d’une fille de 17 ans plutôt perplexe.
« Mes enfants sont clairement dans un registre casse-c… euh, pardon, contestataire. J’ai l’impression que faire venir des copains/copines déstabilisant·e·s est parfois un moyen de nous tester. Pour voir si nous sommes ouverts, pour comprendre s’il y a des limites, je ne sais pas trop. En tout cas, les copains/copines peuvent clairement être une forme de provocation. »

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies