Santé et bien-être

Néophobie alimentaire : une phase transitoire et normale

Votre enfant rechigne, recrache, rejette les nouveaux aliments. Rien de grave, il est sûrement dans une phase de néophobie alimentaire.

Tant que les repas se présentent sous la forme de purée, Julie* mange bien. Les ennuis commencent lors de la transition vers les repas en morceaux, aux alentours de ses 10 mois. La moindre cuillère est rejetée en bloc. Plus moyen de lui faire avaler quelque chose.
« Au début, j’étais confiante, je me disais que c’était l’histoire de quelques jours, le temps qu’elle se familiarise avec les morceaux. Je misais sur le fait qu’on mange de tout, son grand frère aussi et qu’elle suivrait », explique Christelle*, la maman.
Après des mois de tentative, le répertoire aliments acceptés par Julie se limite à la portion congrue. Il y a les pâtes blanches, la sauce tomate, le porridge, les fruits, le poulet et le poisson. Quand ses parents lui présentent un nouvel aliment, elle n’y touche pas. Julie se couche souvent le ventre vide et les réveils se font de plus en plus matinaux. Julie a faim. « Alors que c’était contre mes principes, j’ai commencé à lui cuire des pâtes le soir, pour la caler ».

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Les infos collectées sont anonymes. Autoriser les cookies nous permet de vous offrir la meilleure expérience sur notre site. Merci.
Cookies