Développement de l'enfant

Santé mentale et covid : de plus en plus d’ados dans le rouge

La demande d’hospitalisations pédopsychiatriques a augmenté de 400% depuis janvier 2021. Il y a un an, une première vague de décompensation déferlait. En pleine deuxième vague, le nombre de lits mis à disposition est en passe d’augmenter.

Lola* se souvient de sa première crise comme si c’était hier. C’était en novembre 2020, elle avait alors 15 ans et demi. « J’étais à l’école et on terminait par deux heures de sport. Je me suis donnée à fond. De retour dans les vestiaires, j’ai commencé à avoir la tête qui tournait et une impression d’avoir trop chaud. Je suis sortie prendre l’air, mais ça ne passait pas. Tout mon corps s’est mis en tension, mes mâchoires étaient crispées, j’hyperventilais ».

Inquiets, les enseignants décident d’appeler une ambulance. À l’hôpital, Lola reçoit un calmant et se dit que cet épisode n’est plus qu’un mauvais souvenir. Mais le lendemain, rebelote. Quinze mois plus tard, la jeune fille a arrêté de compter les crises. Elles surviennent sans crier gare à l’école, au solfège, au manège, sur son lieu de travail étudiant. En moyenne deux à trois fois par semaine.

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies