Santé et bien-être

Le gluten, pas toujours bon pour nos gloutons

Diarrhées chroniques, perte d’appétit, ballonnements… Pour certains petits, la diversification alimentaire n’est pas une partie de plaisir. Perte de poids, déficit de croissance. Alerte ! Et si c’était la maladie cœliaque ?

Les premières panades sont souvent des instants rigolos qu’on se remémore avec bonheur. Mais, une fois la frimousse débarbouillée, la digestion n’est pas toujours simple. Des allergies ou maladies peuvent se déclarer. La maladie cœliaque appelée couramment « intolérance au gluten » peut se déclarer avant les 2 ans de l’enfant, lors de l’introduction du gluten dans son alimentation.

Une maladie qui joue à cache-cache

Virginie est maman de quatre enfants dont trois sont porteurs de cette maladie. « On n’a pas de suite décelé la maladie cœliaque chez mes fils. Quand Jean a eu 1 an, il souffrait de gros ballonnements, il vomissait et avait la diarrhée plusieurs fois par jour, pendant plusieurs semaines. En quatre mois, il avait perdu 2 kg (sur 13 kg à cet âge-là, c’est énorme !), son système immunitaire était démoli. On était inquiets. D’autant plus qu’il était mou, il n’avait pas envie de se battre. Notre pédiatre ne voyait pas ce qui clochait. Heureusement, un pédiatre gastro-entérologue a pris les choses en main. Nous avons noté tout ce qu’il mangeait et les réactions qui suivaient. Une prise de sang a permis de chercher les anticorps présents et une biopsie intestinale a confirmé le diagnostic : la maladie cœliaque. »
Cette maladie auto-immune étant souvent héréditaire, on a coutume de faire subir une prise de sang à l’ensemble de la famille. « Le test était positif pour mon aîné alors que ses symptômes étaient discrets : il avait juste les selles molles. »
La maladie cœliaque est sournoise : ses symptômes sont parfois peu visibles, même si la muqueuse intestinale est atteinte. Sournoise, aussi, car elle ne se déclare pas uniquement chez les bébés.
« Pour mon troisième fils, on a fait une prise de sang préventive vers ses 9 mois, lors de l’introduction du gluten dans son alimentation et le test était négatif. Mais quand Gaston a eu 9 ans, il est devenu soudain amorphe et flagada. Nouveau test de la maladie cœliaque : positif. »

Un régime à vie

Le seul remède contre cette maladie est un régime à vie sans gluten. Interdiction de se laisser tenter dans une boulangerie ou une pizzeria. Pas de pâtes, de biscuits, ni de plats tout préparés non plus. Sauf s’ils sont certifiés sans gluten, mais c’est plutôt rare.
 « Le problème de ce régime, c’est qu’il est cher et contraignant, nous raconte Virginie. Je dois lire toutes les étiquettes des aliments que j’achète. Je fais un maximum moi-même, mais ça reste cher : 18 € par semaine rien que pour la farine du pain, par exemple. On reçoit 38 € de la mutuelle chaque mois, mais ça file vite. Au quotidien, on doit bien scinder la nourriture avec et sans gluten pour éviter toute contamination. Nous avons deux pots de choco différents : un avec et l’autre sans gluten. J’apprends à mes enfants à cuisiner sans gluten. »

Pas de gâteau chez les copains

Socialement, ce régime est contraignant. Pas de dîner à la cantine de l’école ni de sortie de classe à la pizzeria. « J’essaye de trouver des équivalents pour diminuer leurs frustrations, poursuit Virginie. Hier, j’ai réussi à faire des pittas sans gluten ! Pour les camps scouts, je demande les menus à l’avance et je tente de fournir les menus équivalents pour mes enfants. Pour les anniversaires, c’est plus compliqué. Et je n’ose pas imaginer les prochaines sorties d’ados : 2 € la bière sans gluten, c’est cher tout de même ! Heureusement que notre entourage est au courant. Nous sommes une famille recomposée et les enfants sont solidaires entre eux. Si un de mes fils goûte à un aliment interdit, il risque d’y prendre goût et recommencer. Il pourrait ne pas avoir de symptôme visible tout en étant bousillé à l’intérieur. Les complications de cette maladie sont tout de même un cancer du tube digestif ou des tumeurs cérébrales. »



E. W.

HELP

Mon enfant est intolérant au gluten, que faire ?

EN BREF

Le gluten, c’est quoi ?

On trouve le gluten dans le blé, l’orge, le seigle et le froment. Le gluten est un liant qui rend le pain et les gâteaux moelleux. Pour les personnes cœliaques, l’absorption de gluten provoque une réaction de type allergique, immunitaire, en enflammant les muqueuses de l’intestin grêle. Les nutriments sont moins bien absorbés, d’où diarrhées, pertes de poids, retard de croissance… En Europe, environ 1 personne sur 100 serait cœliaque, mais très peu sont diagnostiquées car les symptômes sont variables. Plus d’infos sur www.pediatrie.be

Tendance

Depuis que le tennisman Novak Djokovic a avoué son intolérance au gluten, de nombreux autres sportifs (non cœliaques) suivent ce régime. D’autres célébrités comme Lady Gaga ou Miley Cyrus leur ont emboîté le pas pour être plus minces, plus en forme. La croissance du marché des produits « gluten free » traduit bien cette tendance.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies