Développement de l'enfant

Une transition sans larmes

La première journée chez sa marraine, l’entrée en crèche ou à l’école, le premier week-end chez les grands-parents… toutes ces occasions permettent d’apprendre à se passer un peu de ses parents pour élargir ses horizons. Parfois, la transition est accompagnée de pleurs. Mais elle peut aussi se passer en douceur.

Oui, c’est parfois dur de se séparer de son petit trésor. Mais c’est également nécessaire. Pour lui permettre d’interagir avec d’autres personnes, de se faire des copains, d’apprendre la vie en société… pour lui permettre de grandir, tout simplement. Et ça donne l’occasion aux parents de souffler ou de retourner travailler.
Alors, autant s’y préparer, à ces petites séparations. Côté parents, il faut accepter de laisser son bout de chou grandir.
« Le matin, certains parents ont du mal à quitter la classe. Au bout d’un moment, je dois les mettre dehors pour commencer la journée. Je prends les petits qui pleurent sur mes genoux, mais ça dure rarement plus de cinq minutes après le départ des parents », raconte Chloé, institutrice en classe d’accueil.
Côté enfant, on peut anticiper : montrer les lieux à l’avance, prendre un peu de temps avec la personne qui l’accueillera, on peut aussi lui expliquer ce qui va se passer. Même les petits qui ne parlent pas encore beaucoup ont déjà les oreilles bien ouvertes !

Cet article est réservé aux abonnés.

L'abonnement est offert aux membres de la Ligue des familles. Inscrivez-vous pour profiter de l’ensemble de notre contenu et de tous nos services. Utilisez le code LIGUEUR1MOIS et découvrez le Ligueur pour 1€ le premier mois (sans engagement).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Par exemple, pour vous éviter de devoir indiquer à nouveau vos préférences lors de votre prochaine visite.
Cookies